Réduire la taille du texte Aggrandir la taille du texte

Le Parvis, Scène Nationale - Ibos

Versant Sud : Le Parvis à l'heure espagnole

Tragedia d'Alex RigolaC’est sous le signe de l’Espagne que le Parvis ouvre jeudi soir sa saison 2011/2012. « Versant sud » est un premier temps fort qui ressemble à une promesse de retrouver un petit air de vacances plein de chaleur, de flamenco et de tout ce qui fait l’identité de la péninsule ibérique. Mais le Parvis va au-delà en nous servant sur le plateau tarbais quatre spectacles qui illustrent une Espagne culturelle pleine de vitalité et d’audace, qui revisite ses traditions pour nous offrir ce qu’elle a de plus moderne, de plus essentiel.
C’est dans cet esprit qu’Alex Rigola sera au Parvis jeudi soir pour présenter sa dernière création. Avec « Tragèdia » le metteur en scène phare du théâtre catalan qui est aussi directeur de la section théâtre de la Biennale de Venise, nous propose à plus d’un siècle de distance un dialogue avec Nietzsche et sa « naissance de la tragédie ». Un « poème visuel » qui met en scène dix-huit hommes et femmes d’aujourd’hui pour interpréter les histoires de Médée, Oedipe, Jocaste, Antigone, Alcmène, Créon, Oreste, Electre qui inlassablement se répètent depuis plus de deux mille cinq cents ans. Une soirée qui s’annonce comme un grand moment entre théâtre, poésie et danse.
La suite de ce « Versant sud » nous promet d’autres beaux moments. Comme lundi soir avec le concert de Jordi Savall en duo avec le percussionniste et multi-instrumentiste Dimitri Psonis. Un des grands noms de la musique ancienne qui nous proposera lui aussi un dialogue, celui entre les sonorités venues de l’orient et les musiques occidentales. Une belle proposition qui sera aussi l’occasion de retrouver le théâtre des Nouveautés avec ses sièges tout neufs et son acoustique retravaillée.
Un temps fort de la saison consacré à l’Espagne se devait évidemment de donner une place au flamenco. Ce sera chose faite le jeudi suivant, dans l’esprit novateur qui constitue le fil rouge du cycle, avec Rocio Molina, la dernière grande révélation du genre nous promet-on. Un temps fort qui finira en chanson avec Amparo Sanchez, l’ancienne complice de Manu Chao dans Amparanoïa qui sort un premier album solo « Tucson-Habana » plein d’une folk espagnole qui regarde de l’autre côté de l’Atlantique, quelque part entre le blues des cactus américain et l’ondulation rythmée cubaine.
Stéphane Boularand
Jeudi 29 : « Tragèdia » d’Alex Rigola au Parvis
Lundi 3 octobre : « Orient-Occident » de Jordi Savall au théâtre des nouveautés
Jeudi 6 octobre : Rocio Molina au Parvis
Vendredi 7 octobre : Amparo Sanchez au Théâtre des Nouveautés.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies. Plus d'infos