Réduire la taille du texte Aggrandir la taille du texte

Martin Malvy inaugure le passage au numérique du Ciné Parvis 65

01/02/12 : Passage au numérique du réseau de cinémas des Hautes-Pyrénées (c)Stéphane BoularandC’est 12 salles de cinéma des Hautes-Pyrénées et deux des Pyrénées-Atlantiques qui fêtaient mercredi soir en grande pompe leur passage au numérique au Maintenon, le cinéma de Bagnères-de-Bigorre. Martin Malvy, Michel Pélieu, Johann Mougenot le sous-préfet d'Argelès-Gazost, Rolland Castells, Marc Bélit et Marie-Claire Riou réunis à la tribune pour annoncer l’évènement. « Au-delà de l’amélioration que ça peut apporter en terme de qualité d’image, de son, de 3D, c’est une opération incontournable. Il fallait que nos cinémas indépendant puissent passer un numérique, sinon il n’y aurait plus de film car il n’y aura plus de bobines » constate le président de la région Midi-Pyrénées, Martin Malvy.

Il restait à financer cette grande opération qui revient à 97 000 € en moyenne par salle pour l’équipement numérique et la formation des projectionnistes. Un coût global qui dépasse le million d’euros couvert à 45 % par les subventions de l’état. La région, le département, le Centre National de la Cinématographie, contribuent eux aussi à l’opération, laissant entre 10 et 30 % du coût de l’équipement à la charge des communes ou aux communautés de communes.

Le Palais à Lourdes, le Refuge à Barèges, le Maintenon à Bagnères et le Parvis sont ainsi déjà passé au numérique. Les autres suivront rapidement comme l’Aroxo de Loudenvielle qui sera équipé cette semaine, le Casino d’Argelès-Gazost ou la Maison de la Vallée de Saint-Laurent de Neste qui vont franchir le pas du numérique dans les semaines à venir. « Dans le réseau du Parvis, il y a des salles dans les grandes villes des Hautes-Pyrénées mais aussi dans des communes de 300 ou 400 habitants. C’est la particularité de notre réseau qui comporte 14 salles qui ont fait l’année dernière 4711 séances et 150 000 entrées. Si on n’accrochait pas avec les nouvelles technologies, nous ne pouvions pas continuer. C’est pourquoi on a décidé de prendre le tournant du numérique avec toutes les salles du réseau Ciné-Parvis 65 » ajoute Marc Bélit. Un investissement qui permettra ainsi de continuer à recevoir les films qui font l’actualité ou qui font notre patrimoine dans tout le département.

Stéphane Boularand

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies. Plus d'infos