A- A+ English Español Italiano Euskadi 中国

Spectacles à Tarbes et en Hautes-Pyrénées du  samedi 2 novembre 2019 

14:30:00 / Bourse du Travail / Tarbes

conférence

Société Académique des Hautes-Pyrénées : Arnaud-Guilhem de Barbazan et l’idéal chevaleresque

14:30:00 / Haras National / Tarbes

visite guidée

16:00:00 / Haras National / Tarbes

visite guidée

Le Celtic Pub à Tarbes

20:00:00 / Le Celtic / Tarbes

concert

JeannotTigramoto

Comment allier psychédélisme planant et post punk énergique ? Pourquoi se baigner à nouveau dans les limons fertiles des héros disparus, les Joy et Stranglers en tête ? Comment rester en équilibre les pieds dans la glaise et la tête dans le cosmos ? Pourquoi tant d'effets dans le son ? Pourquoi convoquer un soleil capricieux, le déluge, les ténèbres, les nouvelles formes de l'espace et du temps, et un roi fantôme ? Comment faire tenir un tigre sur une moto ?

Cinéma CGR Tarbes

Cinémas

Les cinémas des Hautes-Pyrénées

Expositions à Tarbes et en Hautes-Pyrénées

Jusqu'au samedi 11 janvier 2020 / Le Parvis / Ibos

Kissing the sun, touching the moon, mixing the watersMarco Godinho

Héritier de la pensée conceptuelle, Marco Godinho mène depuis plusieurs années une recherche sur l’exploration sensible des notions d’errance, d’exil, de mémoire et de temps vécu. Sa perception subjective de l’espace et du temps est probablement liée à son parcours personnel. Né au Portugal en 1978, il quitte avec sa famille son pays natal pour s’installer plus au nord au Luxembourg. Son parcours artistique le conduit ensuite à partager sa vie entre son pays d’accueil et Paris, tout en explorant, au cours de voyages fréquents, d’autres cultures, d’autres territoires et sociétés, d’autres langues.

Billeterie

Jusqu'au dimanche 19 janvier 2020 / Musée Massey et Musée International des Hussards / Tarbes

Exposition Campana et la fascination de l’Antiquité

Le musée Massey retourne aux sources de l’esthétique antique en présentant en perspective des œuvres picturales issues du maniérisme, du classicisme et du néo classicisme des XVIIe – XIXe siècles et des pièces céramiques grecques et étrusques de la collection Campana.
Cette dernière, constituée entre 1830 et 1850 par ce noble italien, directeur du Mont-de-Piété, a été vendue en partie à Napoléon III par les Etats pontificaux après un procès retentissant pour malversation intenté à l’indélicat marquis. Plusieurs ensembles d’objets de cette collection furent dispersés à travers les musées de province, dont celui de Tarbes. Cette exposition permet de remettre en lumière la permanence de l’influence de la civilisation gréco-romaine dans l’inspiration artistique européenne aux XVIIe – XIXe siècles.

Jusqu'au vendredi 31 janvier 2020 / Le 103 - Archives municipales / Tarbes

photo

Il était une fois TarbesHenri Paris

Quelle ne fut pas notre surprise lorsque nous avons été contactés pour un don de cent quatre-vingt-dix plaques de verre concernant les casernes tarbaises au début du XX° siècle !
Très vite, est identifié le quartier Soult, où les photographies du quotidien montrent la vie de casernement. Nous pouvons également y voir des exercices militaires et les bâtiments de cet ensemble architectural remarquable tarbais.
Les photographies ont été prises par M. Henri Paris, passionné par la technologie du vérascope Richard, appareil qu’il a acquis en ce début de siècle. Par ses clichés, Henri Paris témoigne de ses périodes d’incorporation en 1909 et 1911, au 24e régiment d’artillerie de Tarbes.
Dans cet important ensemble de clichés, nous pouvons également voir des photographies de son détachement dans l’armée d’Orient pendant la Première Guerre mondiale. C’est un témoignage rare, qui en cette fin de période de commémoration de la Grande Guerre, méritait d’être partagé. La ville de Thessalonique, située sur la mer Egée dans la péninsule des Balkans, enjeu stratégique entre la Grèce et feu l’Empire ottoman, sera le point de départ d’un nouveau front dans le conflit mondial. Les soldats qui constituent l’armée d’Orient resteront mobilisés jusqu’en 1919.

C’est à partir de ce don exceptionnel, remis à la ville de Tarbes par M. Denis Paris, petit-fils d’Henri Paris, à l’automne 2017, que s’est construite cette exposition.