English Espana Euskadi Italiano Réduire la taille du texte Aggrandir la taille du texte

Agenda Spectacles 619 News 532 Spectacles vus

Le suicidé

Jacques Nichet / Nicolaï Erdman

Ibos - Le Parvis

Caustique Suicidé au Parvis

191206 : Le suicidé au Parvis, photo de Stéphane Boularand (c)Bigorre.org
191206 : Le suicidé au Parvis, photo de Stéphane Boularand (c)Bigorre.org

Le suicidé c'est Simon Podsékalnikov, russe sans emploi en Union Soviétique. Quand il se réveille en pleine nuit avec une envie de saucisson, rien ne le prépare à cette destinée. Pourtant, dans la discussion qui dérape, il lâche "qu'on on ne peut pas continuer à vivre comme ça" et disparaît. La machine est lancée, sa femme craint un suicide, alerte les voisins qui tentent de le dissuader de passer à l'acte. Quand il comprend l'intention qu'on lui prête, il se met à en jouer, à exploiter l'effet qu'elle produit. La rumeur propage l'idée qu'il veut se suicider, et les rapaces ne tardent pas a venir sur les lieux. Pour qui, pour quoi veut-il mourir ? Chacun cherche à donner un sens, à utiliser ce geste de Simon pour servir une «noble cause». Il y a l'Intelligentsia, les femmes, le commerçant, ... Comment sortir de ce scénario, ou tout est organisé pour que Simon se sacrifie ?
En écrivant en 1928 cette pièce, Nicolaï Erdman se situe en successeur d'Anton Tchekhov. On retrouve le rythme débridé des comédies tragiques russes, et la critique au vitriol de la société. Ce qui lui vaut d'être interdit par le régime stalinien. Il faudra attendre 1987 pour que sa pièce soit publiée et jouée en intégralité dans son pays d’origine.
Sur la scène il y a plus d'une douzaine de comédiens (pourrait-on produire cette pièce sans être subventionné ?), qui donnent à la pièce une ampleur qui sert le texte grâce a une gestion de l'espace efficace. On apprécie l'énergie et la justesse avec laquelle Claude Duparfait tient le rôle de Simon Podsékalnikov, pendant les deux heures et demi du spectacle.


/ Bigorre.org

Production du Théatre nationale de Toulouse Midi-Pyrénées
Mise en scène Jacques Nichet
Texte de Nicolaï Erdman, traduit par André Markowicz
Avec Séverine Astel, Anne Benoit, Elsa Berger, Aude Briant, Jean-Pol Dubois, Claude Duparfait, Olivier Francart, Nicolas Giret-Famin, Chantal Joblon, Nathalie Krebs, Robert Lucibello, Paul Minthe, Franck Molinaro, Abdel Sefsaf, Stephan Wojtowicz, Mouss Zouheyri