English Espana Catalunya Euskadi portuguais Deutsch Italiano Vlaamse Réduire la taille du texte Aggrandir la taille du texte

Agenda Spectacles 606 News 525 Spectacles vus

Dreamlife

Compagnie des Jolies Choses / Gloria Carreño

Tarbes - Le Pari

Dreamlife, le double jeu du Pari

06/10/08 : Dreamlife au Pari, photo de Stéphane Boularand (c)Bigorre.org
06/10/08 : Dreamlife au Pari, photo de Stéphane Boularand (c)Bigorre.org

C'est avec une création 100% Haute-Pyrénéenne que le Pari débute sa saison 2008-2009. La Compagnie des Jolies Choses installée à Barège ouvre le bal avec « Dreamlife », écrit par Gloria Carreño. De cet auteure écossaise, et lourdaise d'adoption, on avait déjà pu voir « Les Krokeuses », un one woman show joué à Tarbes et à Lourdes par le théâtre de la Porte Bleue. C'est dans un univers très différent qu'elle nous entraîne avec cette nouvelle création.
Après un accident de voiture Chloé, interprétée par Valérie Lons, tombe dans le coma. La croyant perdue, son mari - marc Lallement - dans un geste d'amour désespéré lui avait fait un clone dans le dos. Mais voila, Chloé revient et Katia devenue surnuméraire sera confiée à un cirque. L'inévitable confrontation entre Chloé qui s'ennuie dans sa vie et son double génétique qui lui ressemble si peu sera le début d'une interrogation sur ce qui fait la vacuité de ce qu’elle vit. Il suffit d'ajouter un clochard tout droit sorti d'une pièce de Beckett, Roland Abadie en l'occurrence, et c'est parti pour une heure et demi de spectacle.
Le thème du « double je » est bien l'épicentre de la pièce. Déjà Gloria Carreño joue beaucoup avec les doubles sens. C'est aussi dans cet esprit que Natalia Beibeder a mis la pièce en scène, avec l'aide de Françoise Delile-Manière. Les postures très travaillées, les déplacements coordonnées et symétriques, les mouvements décomposés, les expressions de visage et les gestes répétitifs rythment la pièce et insistent eux aussi sur les interrogations de Chloé. Une mise en scène qui donne à l'esthétique des mouvements des quatre comédiens une place de choix, à mi chemin entre la mise en scène et la chorégraphie de danse moderne. C'est donc assez logiquement qu'elle a confié le rôle de Katia, devenue trapéziste, à une danseuse de formation ! Elle n’a pas eu à chercher très loin puisque c'est Elsa Beibeder, sa propre fille qui joue le rôle. Et comme en plus la pièce est pleine d'humour, c'est une agréable façon d'aborder ce thème riche et complexe.
Il n'y aura que cinq représentations de ce spectacle au Pari. Il ne faut donc pas traîner pour aller le voir. Dimanche soir ce sera trop tard !

/ Bigorre.org

Représentations au Pari du mercredi 9 au dimanche 12 octobre, à 20h30 (16h le dimanche).
Entrée 12€/8€. Renseignements et réservations au 05 62 51 12 00.