English Espana Euskadi Italiano Réduire la taille du texte Aggrandir la taille du texte

Agenda Spectacles 620 News 533 Spectacles vus

Ecole de danse Dutrey

Ibos - Le Parvis

Les danseurs de Dutrey font leur cinéma au Parvis

19/06/10 : Gala de l'école de danse Dutrey  , photo de Stéphane Boularand (c)Bigorre.org
19/06/10 : Gala de l'école de danse Dutrey , photo de Stéphane Boularand (c)Bigorre.org

C’est dans un bel univers de cinéma que Béatrice Dutrey nous a emportés vendredi et samedi soir au Parvis. Trois heures de spectacle au profit de l’association AIDES pour revisiter chorégraphiquement quelques unes des plus belles images du grand écran qui commencent par les plus jeunes danseuses. Avec « Mon p’tit ciné » en première partie, on retrouve les groupes d’éveil, d’initiation, d’élémentaire et de cours moyen qui se succèdent sur la grande scène du Parvis pour montrer au public, parents en tête, le travail de cette année. Un mélange tendre d’émotion, de quelques maladresses et d’une bonne donne d’enthousiasme qui nous offre une belle entrée en matière qui se termine avec le « 20h30 en VO » des adultes de l’Atelier de 7 heures pour lequel le jury des Rencontres Régionales de Danse de Sérignan a inventé une malicieuse « Caméra d’Or ».
C’est au Festival de Cannes étourdissant que la seconde partie nous entraine en s’ouvrant sur une incontournable « Montée des marches » avec tout ce que ça compte de stars en tenues de gala et de paparazzi. De Pulp Fiction à In The Mood For Love en passant par la Dolce Vita, Underground et All That Jazz, les Palmes d’Or du festival donnent autant de propositions chorégraphiques de Béatrice Dutrey, Emilie Lanne et Jennifer Stoker. Un belle espace de création qui permet aussi de retrouver la Vie est Belle et le Buongiorno Principessa que l’Atelier de 7 heures ira défendre dans une quinzaine de jour à Montluçon pour les Rencontres Nationales de Danse. Un Festival de Cannes grand cru qui se termine dans un bouquet de fleurs, de vitalité et de lumières comme il se doit, avec en prime une surprise : un Rabbi Jacob endiablé qui restera dans les mémoires. Merci pour ce superbe spectacle… et à l’année prochaine !

/ Bigorre.org