English Espana Catalunya Euskadi portuguais Deutsch Italiano Vlaamse Réduire la taille du texte Aggrandir la taille du texte

Agenda Spectacles 586 News 512 Spectacles vus

vendredi 1er octobre 2010

Jacques Higelin

La Gespe, scène de musiques actuelles, Tarbes

Jacques Higelin fait vibrer La Gespe

01/10/10 : Jacques Higelin à La Gespe - Tarbes, photo de Stéphane Boularand (c)Bigorre.org
01/10/10 : Jacques Higelin à La Gespe - Tarbes, photo de Stéphane Boularand (c)Bigorre.org

La réputation de show man d’Higelin n’est plus à faire, après 40 ans de carrière et une flopée d’album live, de Mogador au Bataclan. Une réputation et une image quasi-mythique qui a suffit à faire venir à La Gespe un public largement composé de ceux qui ont connu l’époque ou il incarnait la nouvelle chanson française. Il restait à voir et à entendre si les presque soixante-dix ans n’avaient pas eu raison du mythe…
La réponse n’a pas tardé à venir : en quelques morceaux, passant d’un « New Orleans » de son dernier album à une « Mona Lisa klaxon » remontant trente-cinq ans auparavant à son BBH75, Higelin a fait une superbe démonstration de sa vitalité artistique. Le public n’y a pas résisté. C’est parti pour 2 heures et demi d’un concert plein de complicité, de générosité et d’énergie ou défilent les nouveaux morceaux et les grands standards comme « Paris - New York », « Cigarette » ou un superbe « Champagne » au piano accompagné du compagnon de toujours, Dominique « Docteur » Mahut fidèle aux percussions.
Un concert qui a aussi permis d’assister à quelques moments assez improbables, comme un public qui joue les chorales dans un « Août Put » aux paroles adaptées pour la circonstance, devenant « Gourdon, Hautes-Pyrénées, dont le donjon culmine à 2500 pieds du niveau de la vallée de l’Adour ». Une scène de belle complicité qui restera sans aucun doute dans les mémoires ! Et comme les meilleures choses ont une fin, le temps de nous offrir un « Pars » au groove reggae et « Un aviateur dans l'ascenseur », Jacques Higelin est reparti, laissant le public sous le charme avec la sensation d’avoir assisté à un petit moment particulier - presque privé - entre lui et nous.

Stéphane Boularand Bigorre.org sur Twitter@bigorre_org