English Espana Catalunya Euskadi portuguais Deutsch Italiano Vlaamse Réduire la taille du texte Aggrandir la taille du texte

Agenda Spectacles 586 News 512 Spectacles vus

mardi 29 mars 2011

Le Parvis Scène Nationale Tarbes Pyrénées, Ibos

Le Parvis fête les 20 ans des Scènes Nationales

illustration
illustration

C’est un bel anniversaire pour le Parvis et les soixante-dix autres scènes nationales. Ces héritières des maisons de la Culture chères à Malraux, des centres d'action culturelle et des centres de développement culturel ont 20 ans. Un âge de raison - s’il en est - qui est aussi l’occasion de faire un bilan pour ces scènes qui ont selon leurs statuts pour mission de « s'affirmer comme un lieu de production artistique de référence nationale; organiser la diffusion et la confrontation des formes artistiques en privilégiant la création contemporaine; participer, dans leur aire d'implantation, à une action de développement culturel favorisant de nouveaux comportements à l'égard de la création artistique, et une meilleure insertion sociale de celle-ci ».
« On est plein cadre : le Parvis à intégralement atteint ses missions » affirment Marc Belit et Marie-Claire Riou. « On a toujours tenu une ligne exigeante avec de grandes propositions artistiques qui permettent de former un large public sensible ». Plus de 200 000 spectateurs chaque année, dont plus du quart vient des départements voisins, qui viennent pour le spectacle vivant mais aussi le cinéma et le centre d’art. « On essaye de sans cesse renouveler ce public. Le Parvis reçoit chaque année 40 000 scolaires. L’école est la clef de la démocratie, c’est aussi notre public de demain : certains continueront à venir, d’autres reviendrons plus tard. On développe au sein de notre programmation une véritable offre à destination des adolescents, comme avec la collection d’hiver ou nous avons programmé des artistes qui s’intéressent particulièrement à ce public ».
Une belle programmation nationale qui ne laisse pas beaucoup de place à la création locale. « On ne peut pas offrir notre plateau sans condition car le public est exigeant et à le droit au meilleur » proteste Marie-Claire Riou. « Mais j’insiste sur le fait que la porte n’est pas fermée : on a reçu cette année Jonathan Capdevielle avec son Adishatz, et on travaille déjà pour la prochaine saison avec Bouziane Bouteldja qu’on accompagne en l’aidant à se former et à se confronter à d’autres regards ».
Reste à imaginer les prochaines décennies de cette belle aventure. « Mon action s’est arrêtée avec le choix de mon successeur ! » pour Marc Belit. « Il faut continuer dans le même esprit » ajoute Marie-Claire Riou qui dirige désormais le Parvis, « il faut un nouveau contrat et imaginer une programmation en adéquation avec son époque ». Continuer à animer la vie culturelle tarbaise et pourquoi pas rêver d’étendre son rayonnement, à l’image de ce que fait Nantes qui est un modèle du genre. « Tarbes pourrait s’investir davantage dans cet outil pour en faire quelque chose d’exceptionnel ! »

Stéphane Boularand Bigorre.org sur Twitter@bigorre_org