English Espana Catalunya Euskadi portuguais Deutsch Italiano Vlaamse Réduire la taille du texte Aggrandir la taille du texte

Agenda Spectacles 606 News 525 Spectacles vus

Les mangeurs d’aurore

Tarbes - Le Pari

Les mangeurs d’aurore réveillent l’histoire au Pari

06/05/11 : Mangeurs d'Aurore au Pari (Tarbes)   , photo de Stéphane Boularand (c)Bigorre.org
06/05/11 : Mangeurs d'Aurore au Pari (Tarbes) , photo de Stéphane Boularand (c)Bigorre.org

Le spectacle était dimanche après-midi d’une rare intensité. Sur la scène du pari, les « Mangeurs d’aurore » de la Compagnie de la trace venue en résidence pour répondre à une commande de la Fédération des Œuvres Laïques des Hautes-Pyrénées. Un spectacle, presque une mission : mettre en scène la douloureuse aventure de Renée Sarrelabout. La voix de Michèle Bouhet et la guitare d’Antoine Compagnon nous racontent une histoire. Un morceau d’Histoire, avec une majuscule. Celle de cette petite fille qui a refusé d’être la passable élève de ses premiers carnets scolaires. La militante, bientôt résistante qui a refusée d’être une docile fonctionnaire de l’administration sous le gouvernement collaborationniste de Vichy. Et qui a refusé de s’abandonner quand dénoncée puis arrêtée elle est internée à Angers, à Compiègne avant d’être réduite à un numéro, le matricule 27631 du camp de Ravensbrück au nord de Berlin. Une terrible histoire racontée avec les mots mêmes de Renée Sarrelabout recueillis par les deux comédiens. Un texte qui suffit à donner superbement corps à la mémoire de cette rescapée de l’horreur.
Mais l’intensité était aussi dans la salle car ce dimanche après-midi, Renée Sarrelabout est sortie de sa maison de retraite. Renée Sarrelabout était là, au Pari, assise au second rang à quelques mètres du bord de scène. Au fil du spectacle, la salle et la scène se sont mises à résonner. Les yeux de Michèle Bouhet croisent ceux de celle qu’elle incarne. L’émotion née du texte se refléte dans les yeux humides de Renée Sarrelabout. Il n’y a plus de distance entre la jeune femme de Ravensbrück et la vieille dame d’aujourd’hui. Elles sont ensembles. Elles restent ensemble quand le spectacle se termine et que les spectateurs applaudissent. Le mémoire de la jeune femme est toujours là. Et Renée Sarrelabout n’est plus une vieille dame, elle est la mémoire vivante qui atteste de l’authenticité de ce qui s’est passé sur scène. L’incarnation d’une effroyable page de l’histoire qui mérite qu’on se charge du devoir de mémoire alors que nous sommes les derniers à côtoyer ceux qui ont vécu l’histoire. Par respect pour tous ceux que Renée Sarrelabout représente.

/ Bigorre.org

05/06/11 : Renée Sarlabou dans le public du spectacle Mangeurs d'Aurore au Pari (Tarbes)   , photo de Stéphane Boularand (c)Bigorre.org
05/06/11 : Renée Sarlabou dans le public du spectacle Mangeurs d'Aurore au Pari (Tarbes) , photo de Stéphane Boularand (c)Bigorre.org