English Espana Catalunya Euskadi portuguais Deutsch Italiano Vlaamse Réduire la taille du texte Aggrandir la taille du texte

Agenda Spectacles 586 News 512 Spectacles vus

dimanche 3 juillet 2011

Jean-François Pignon

Jean-François Pignon en tournage à Tarbes

illustration
illustration

Sans aucun doute, ceux qui fréquentent le festival Equestria connaissent Jean-François Pignon pour son étonnante communication avec ses chevaux, les autres l’auront probablement vu dans « danse avec lui » ou il interprète Miguel aux cotés de Mathilde Seigner et de Sami Frey. « Valérie (Guignabodet, la réalisatrice) avait trois possibilités : me faire tourner les plan larges et faire les plans rapprochés avec un comédien, prendre un comédien et lui apprendre à monter ou prendre un cavalier et le faire jouer. C’est comme ça que je me suis retrouvé à l’affiche du film ».
C’est avec son propre projet de film qu’il arrive à Tarbes cette année. Avec « Gazelle » du nom de sa jument, il va nous proposera courant 2012 de retrouver sur grand écran toute son histoire, celle qui l’a amené à cette étonnante façon de communiquer avec ses chevaux. Et particulièrement sa fameuse Gazelle. « Gazelle parle de ma vie, tout simplement, avec cette nouvelle discipline qui n’existait pas alors, le dressage en liberté. Un moyen de travailler avec les chevaux que j’ai trouvé en me laissant aller à mes sensations, avec des échecs forcément parce que je n’étais pas guidé. Et je me sers encore tous les jours avec mes chevaux de ce que j’ai trouvé quand j’étais gamin ! »
Un tiers du film a déjà été tournée, avec quelques belles images à la clef. « Je profite de mon retour dans Equestria pour continuer à tourner mon film ». La grande piste du festival Equestria au Haras National pour les scènes de son premier spectacle et le Rex Hôtel pour d’autres scènes. Autant de lieux tarbais sélectionnés par Jean-François Pignon pour ce film qui s’annonce très inspiré. « Je ne fais pas un film pour faire du cinéma ou gagner de l’argent. Je suis à la fois réalisateur, acteur et producteur car je n’ai pas trouvé de producteur pour me suivre dans cette aventure. C’est avant tout pour moi un extraordinaire moyen de toucher un maximum de monde et transmettre des messages, ceux que j’ai découvert au fil des années, ceux que j’ai découvert grâce à Dieu ».

Stéphane Boularand Bigorre.org sur Twitter@bigorre_org