English Espana Catalunya Euskadi portuguais Deutsch Italiano Vlaamse Réduire la taille du texte Aggrandir la taille du texte

Agenda Spectacles 601 News 521 Spectacles vus

jeudi 7 juillet 2016

Patator

Patator, sex, drugs & guacamole

Patator
Patator

C’est un mélange détonnant que Patator vient de sortir. Prenez un punk rock bien consistant, ajoutez une bonne dose d’humour et un trait de dérision et vous avez « Sex, drugs & guacamole », le dernier album du groupe haut-pyrénéens qui répète entre Tarbes et Lannemezan. Un CD sorti il y a quinze jours et une bonne occasion de rencontrer les membres du groupe qui ont répondu collégialement à nos questions.

Qui sont les Patators ?
C’est un groupe de punk rock qui joue depuis 17 ans maintenant. On est quatre mais seulement deux à être dans le groupe depuis l’origine. Il y a eu beaucoup de changements, des bassistes et des batteurs qui sont passé et on arrive à quelque chose de plus stable maintenant.

Comment êtes-vous arrivés à cet titre pour l’album ?
Sex, drugs & guacamole, c’était d’abord une blague en repet. C’est devenu un album ! Une formule qui est bien dans l’esprit du groupe avec tout ce que comporte de second degré, d’humour et de dérision.
Que trouve-t-on dans « Sex, drugs & guacamole » ?
Plein de notes ! Et en tout cas du punk assez rapide et des paroles dont certaines ont un message qu’il ne faut pas trop chercher. Ce n’est jamais du premier degré, il n’y a pas de texte moralisateur et on ne va pas expliquer au monde comment ça marche. De la musique avant tout pour s’amuser et se faire plaisir.

Comment avez-vous choisi les morceaux de cet album ?
C’est des morceaux qu’on joue en concert depuis longtemps et qui ont ont évolué sur scène avant d’être enregistré. Il n’y a que devant le public, on voit ce que valent ces morceaux. L’enregistrement a aussi été l’occasion de faire évoluer ces morceaux. Et on joue certains morceaux différemment maintenant. Après il restait à donner à l’album la pèche du live !

Qu’allez faire de cet album ?
Déjà essayer de le vendre, voire si il plait. Et s’en servir pour faire écouter notre musique. On aimerait que ça donne envie de nous programmer à La Gespe ou dans des festivals, que ça nous permette de trouver des dates de concert. Parce qu’on aime surtout jouer face au public.

Propos recueillis par

Stéphane BoularandBigorre.org sur Twitter@bigorre_org

CD disponible aux concerts de Patator.