English Espana Catalunya Euskadi portuguais Deutsch Italiano Vlaamse Réduire la taille du texte Aggrandir la taille du texte

Agenda Spectacles 606 News 525 Spectacles vus

Pauvreté, richesse, homme et bête

Pascal Kirsch / Hans Henny Jahnn

Ibos - Le Parvis Scène Nationale Tarbes Pyrénées

Pauvreté, richesse, homme et bête au Parvis

illustration
illustration

C’est à une tortueuse plongée dans l’univers de Hans Henny Jahnn que le public de Parvis était invité mardi soir. Pauvreté, richesse, homme et bête est un texte écrit en 1933 et publié après la guerre qui n’avait parait-il jamais été monté sur une scène française. C’est maintenant chose faite par Pascal Kirsch qui le met en scène dans une ambiance tortueuse quelque part entre les fantômes de Macbeth et l’univers clos de la Maison de poupée d’Ibsen. Un huis-clos à ciel ouvert où se mêlent l’amour, la jalousie, l’infanticide sous le couvercle des mensonges, des secrets d’un monde paysan isolé au fin fond des montagnes norvégiennes qui vont fermenter pendant une dizaine d’année pour n’en sortir que plus amers et plus tenaces. Une longue période concrétiser pour les spectateurs par plus de trois heures de spectacle ou le destin des humains est aussi tourmenté que le relief de la Norvège et aussi isolé que l’Ile de Bornholm sur laquelle l’auteur allemand s’était réfugié pour fuir le nazisme au pouvoir. Un texte superbe qu’on découvre dans l’écrin sombre et étincelant de la mise en scène de Pascal Kirsch.

/ Bigorre.org

texte de Hans Henny Jahnn
traduction Huguette Duvoisin et René Radrizzani
mise en scène Pascal Kirsch
scénographie et costumes Marguerite Bordat assistée d'Anaïs Heureaux
stagiaires scénographie et costumes Laure Mirroir et Juline Darde Gervais
stagiaire régie plateau Domitille Martin
lumières Pascal Villmen asssitée de Léandre Gans
vidéo réalisation montage Sophie Laloy
image étalonnage Mathieu Kaufmann
musique Makoto Sato et Richard Comte
avec Julien Bouquet, Mattias de Gail, Raphaëlle Gitlis, Vincent Guédon, Loïc Le Roux, Marina Keltchewsky, Élios Noël, Florence Valéro et François Tizon
production diffusion Marie Nicolini