English Espana Euskadi Italiano Réduire la taille du texte Aggrandir la taille du texte

Politique culturelle : Elections Municipales


Nous avons interrogé François Meunier () qui candidate aux Elections Municipales sur son projet de politique culturelle.

Questions aux candidats aux Elections Municipales

Nous avons sollicité les candidats sur deux thématiques :

Le regard sur la situation actuelle :

La Gespe, le Pari, les Théâtre des Nouveautés, les festivals, les musées, les aides aux associations culturelles, les animations, l’office de tourisme…

Leur projet culturel pour Tarbes :

quelles (r)évolutions tant au niveau artistique qu’économique, que comptez-vous faire dans ce domaine au long de votre mandat ?

Réponse de François Meunier ()

Lundi 11 février 2008

François Meunier à
L’Association Bigorre.org
Le 3 février 2008
J’ai bien reçu votre lettre me demandant mon « projet de politique culturelle pour Tarbes » qui a retenu toute mon attention.
Je ne vous dirais pas comme d’autres candidats, ce que je ferais si je suis élu maire car je ne serai pas élu maire.
Mais j’ai quelques idées en matière de culture. Je suis communiste et à ce titre je pense que « la culture » peut être un élément déterminant pour l’émancipation des exploités. Ecouter, comprendre, transmettre, lire, communiquer, se cultiver, tout cela nous parait nécessaire pour aller dans le sens de la société humaine que nous voulons. Et tout ce qui aujourd’hui va dans le sens d’une culture accessible au plus grand nombre me paraît positif. Il faut bien évidemment revenir au statut des intermittents tel qu’il était avant sa modification.
Et ce que je peux promettre c’est que si nous avons des élus au sein du conseil municipal, c’est cela que je soutiendrai. Et plus généralement c’est pour représenter les intérêts des travailleurs, des précaires, des chômeurs, des retraités et des plus démunis, que nous inscrirons notre action municipale. Car les élus de Lutte Ouvrière seront toujours au coté de la population pour porter au Conseil Municipal les revendications de ceux qui se battent pour améliorer leurs conditions.
Nous nous présentons dans cette élection pour permettre aux électeurs des classes populaires de sanctionner le plus clairement possible le gouvernement de Sarkozy et de Fillon au service des possédants ; d’affirmer que le monde du travail en a assez qu’on lui fasse les poches pour remplir celles du grand patronat et des plus riches au détriment des services publics et de la population ; et de ne pas donner un chèque en blanc à la gauche municipale.