English Espana Catalunya Euskadi portuguais Deutsch Italiano Vlaamse Réduire la taille du texte Aggrandir la taille du texte

Politique culturelle : Elections présidentielles

Yannick Jadot, photo de Xavier Cantat
Yannick Jadot, photo de Xavier Cantat

Nous avons interrogé Yannick Jadot (EELV) qui candidate aux Elections présidentielles sur son projet de politique culturelle.

Questions aux candidats aux Elections présidentielles

Votre regard sur de la politique culturelle conduite par le Président de la République François Hollande et des Ministres de la culture de ses gouvernements :
  • Est-ce que les objectifs affichés du candidat Hollande ont été atteints ?
  • Bilan et critique des initiatives conduites et du soutien aux structures actives.
  • L’action envers les plus jeunes, dans le cadre scolaire en particulier.
  • Est-ce que la part du budget consacré à la culture est suffisante ?
  • Est-elle bien utilisée ?
  • Loi Hadopi : que pensez-vous des usages et de la protection des oeuvres ?
  • Le rayonnement culturel de la France est-il suffisant ?
Votre projet culture :
  • Voudriez-vous conduire un projet dans la continuité ou en rupture avec l’action passée ?
  • Quelles évolutions ou même révolutions tant au niveau artistique qu’économique voudriez-vous impulser ?
  • Faut-il et doit-on dépenser plus dans ce domaine ?
  • Quel statut pour les professionnels, intermittents du spectacle ?

Réponse de Yannick Jadot (EELV)

Mercredi 22 février 2017

Les droits culturels sont au cœur de notre conception d’une politique culturelle durable et solidaire, facteur de liberté, d’égalité et de fraternité entre les personnes et les peuples. Ils se déclinent dans toutes les politiques publiques comme principe d’émancipation, d’épanouissement des personnes et des sociétés, d’accès aux savoirs et d’exercice de la démocratie.
La non-reconnaissance de certaines expressions culturelles par les institutions publiques, la marchandisation des biens et services culturels au détriment de l’équilibre entre service public et marché privé, l’ingérence des pouvoirs politiques dans la programmation artistique ou le renoncement à leur responsabilité en matière culturelle, le fondamentalisme religieux, menacent la vie culturelle et artistique et leur rôle essentiel dans la cohésion sociale et le « faire société ».
Nous, écologistes, souhaitons au contraire accorder à la culture un rôle primordial dans la construction durable du “bien vivre ensemble”. Les lieux culturels doivent s’appréhender comme des espaces de liberté de création, de partage et de transmission, de débat et de reconnaissance des personnes et de leurs expressions, accessibles par tous et tou-te-s.

A l’heure des replis identitaires, de l'intolérance et la peur de l'autre, les écologistes souhaitent faire de la culture une formidable source de cohésion sociale, d’expression de la diversité et de la créativité, d’expérience de l’altérité, de partage des “biens communs”, de convivialité, de désir et de plaisir.

Pour cela, je propose de :
1- Repenser les fondements et objectifs de politique culturelle dans
une approche basée sur les droits culturels : droit des personnes à construire librement et à voir reconnue leur culture personnelle, à participer à la vie culturelle, à recevoir une éducation artistique et culturelle tout au long de la vie, à s'exprimer et à créer artistiquement en toute liberté, à prendre part à l'élaboration et au suivi des politiques culturelles.

2- Suite à une démarche participative de co-construction impliquant
les acteurs culturels, les habitants et toutes structures privés ou publiques concernées, initier des pôles territoriaux de coopération culturelle, multidisciplinaires et permanents, éco-responsables et relevant de l'économie sociale et solidaire.

3- Pérenniser le système de protection des intermittents, et créer
un fonds de protection pour les artistes plasticiens

4- Etendre les activités périscolaires artistiques et culturelles
aux collèges et lycées : 1/2 journée dédiée aux projets culturels et artistiques : bien sûr théâtre, musique, arts plastiques, danse, arts numériques mais aussi artisanat, architecture, gastronomie, journalisme, paysage, mémoires...

5- Soutenir les politiques locales facilitant l'expression des
énergies créatives dans les territoires : incubateurs culturels, lieux tiers dédiés aux expérimentations artistiques et aux rencontres non marchandes avec les publics, dispositifs de mutualisation et de coopération en faveur des nouveaux projets et artistes…