A- A+
   

Politique culturelle / élections présidentielles 2022 / Nathalie Arthaud

Nous avons interrogé Nathalie Arthaud (Lutte ouvrière) qui candidate aux élections présidentielles sur son projet de politique culturelle.

Questions aux candidats aux élections présidentielles

Votre regard sur de la politique culturelle conduite par le Président de la République Emmanuel Macron et des Ministres de la culture de ses gouvernements :

  • Est-ce que les objectifs affichés par le candidat Emmanuel Macron en 2017 ont été atteints ?
  • Bilan et critique des initiatives conduites et du soutien aux structures actives, en particulier depuis le début de la COVID-19.
  • L’action envers les plus jeunes, dans le cadre scolaire en particulier.
  • Est-ce que la part du budget consacré à la culture est suffisante ? Est-elle bien utilisée ?
  • Le rayonnement culturel de la France est-il suffisant ?

Votre projet culture :

  • Voudriez vous conduire un projet dans la continuité ou en rupture avec l’action passée ?
  • Quelles évolutions ou même révolutions tant au niveau artistique qu’économique voudriez vous impulser ?
  • Faut-il et doit-on dépenser plus dans ce domaine ?
  • Faut-il l'intervention publique pour aider la culture a la sortie de la COVID-19 ?

Réponse de Nathalie Arthaud (Lutte ouvrière)


En réponse à votre questionnaire, je dois vous dire en préambule que je considère la politique suivie par E. Macron et ses ministres dans la continuité de celle de son prédécesseur, F. Hollande. Que ce soit sur les attaques contre le monde du travail, comme sur ses priorités budgétaires en faveur des grands groupes industriels, commerciaux et bancaires, il a poursuivi la même politique en l’aggravant, et cela au détriment des deniers publics, et des services de santé, d’éducation et de transports. Quant à la culture, elle n’a pas été un cas à part. En conséquence mes réponses de 2022 seront dans une large mesure, semblables à celles de 2017.

Votre regard sur de la politique culturelle conduite par le Président de la République Emmanuel Macron et les Ministres de la culture de son mandat :

Est-ce que les objectifs affichés du candidat Macron en 2017en termes de politique culturelle ont été atteints ?

Les objectifs affichés du candidat Macron n’ont été que des promesses pour se faire élire. Le résultat a donc été à l’inverse une politique au service des intérêts du grand patronat qui a pu piller les finances publiques.

Bilan et critique des initiatives conduites et du soutien aux structures actives, en particulier depuis le début de la COVID-19.

N’étant pas spécialisée dans les questions relatives aux structures actives, je me garderai de donner un avis sur cette question

L’action envers les plus jeunes, dans le cadre scolaire en particulier.

L’action envers les plus jeunes dans le cadre scolaire est un désastre qui s’ajoute au désastre dont a été responsable son prédécesseur. On ne peut à la fois faire un pont d’or au grand patronat et développer une action éducative de qualité, avec les moyens nécessaires.

Est-ce que la part du budget consacré à la culture est suffisante ? Est-elle bien utilisée ?

La part consacrée à la culture est nettement insuffisante, à l’image du reste des dépenses publiques destinées au service de la population. Les services de la culture, comme les autres services (santé, éducation) restent condamnés à des économies budgétaires au détriment de l’intérêt public. Quant à la part du budget consacré à la culture, il est tellement insignifiant que ça n’a pas beaucoup de sens de discuter pour savoir si la misère est bien répartie.

Le rayonnement culturel de la France est-il suffisant ?

Pour moi parler du rayonnement culturel de la France n’a aucun sens. Il y a une culture universelle, fruit de l’apport de femmes et d’hommes dans tous les domaines de la création culturelle, qu’ils soient nés ou vivent en France, comme dans tous les pays de notre planète.

Votre projet culture

Voudriez-vous conduire un projet culturel dans la continuité ou en rupture avec l’action passée ?

Mon « projet culture » est inséparable d’une volonté de mettre l’argent public au service du public, tout en contraignant les puissances d’argent à ne plus nuire à la société, que ce soit en matière d’emploi, de salaires et de choix économiques. Quel projet culturel peut ignorer qu’il y a plus de 3 millions de personnes totalement privés d’emploi, 6 millions qui vivotent avec un « petit boulot » et 10 millions de pauvres qui luttent pour leur survie ? C’est dire que je suis en rupture complète avec les choix des politiques passées.

Quelles évolutions ou même révolutions tant au niveau artistique qu’économique voudriez-vous impulser ?

Je ne me sens pas en position, ni en droit d’impulser une évolution artistique quelconque. Mon action générale vise à libérer la société de la dictature d’une minorité capitaliste nuisible et irresponsable. Quant à la création, prise au sens large, je suis évidemment pour la libérer de l’emprise des marchands et du marché.

Faut-il et doit-on dépenser plus dans ce domaine ?

Oui, il faut consacrer plus d’argent à la culture, dans tous ses aspects. Tant à l’éducation, à la formation, qu’à la création.

Faut-il l’intervention publique pour soutenir la culture à la sortie de la COVID-19 ?

La question ne peut pas être posée abstraitement ! Le monde de la culture va de l’association locale à la compagnie cinématographique multinationale et… multimilliardaire. Beaucoup de ceux qui œuvre dans le domaine culturel le font déjà sur des fonds publics, souvent municipaux. Il n’y a aucune raison de ne pas continuer ces financements. Mais pas un euro ne doit aller aux capitalistes pour lesquels la culture n’est qu’un business comme un autre !


Nathalie ARTHAUD

Réponse publiée le Monday, March 7, 2022

Réponse de Nathalie Arthaud

Lettre de Nathalie Arthaud qui candidate aux élections présidentielles en réponse à nos questions.