A- A+
   

Politique culturelle / élections présidentielles 2022 / Valérie Pécresse

Nous avons interrogé Valérie Pécresse qui candidate aux élections présidentielles sur son projet de politique culturelle.

Questions aux candidats aux élections présidentielles

Votre regard sur de la politique culturelle conduite par le Président de la République Emmanuel Macron et des Ministres de la culture de ses gouvernements :

  • Est-ce que les objectifs affichés par le candidat Emmanuel Macron en 2017 ont été atteints ?
  • Bilan et critique des initiatives conduites et du soutien aux structures actives, en particulier depuis le début de la COVID-19.
  • L’action envers les plus jeunes, dans le cadre scolaire en particulier.
  • Est-ce que la part du budget consacré à la culture est suffisante ? Est-elle bien utilisée ?
  • Le rayonnement culturel de la France est-il suffisant ?

Votre projet culture :

  • Voudriez vous conduire un projet dans la continuité ou en rupture avec l’action passée ?
  • Quelles évolutions ou même révolutions tant au niveau artistique qu’économique voudriez vous impulser ?
  • Faut-il et doit-on dépenser plus dans ce domaine ?
  • Faut-il l'intervention publique pour aider la culture a la sortie de la COVID-19 ?

Réponse de Valérie Pécresse

 Réponse partielle à nos questions 


Dans son programme, au chapitre culture :

Emmanuel Macron a un problème avec la culture française : selon le président sortant, non seulement « il n’y a pas de culture française », mais en plus, « nous devons déconstruire notre propre histoire ».

Son gouvernement a traité le monde de la culture avec mépris et indifférence : lors du deuxième confinement, les lieux de culture ont été décrétés « non essentiels ». Par ailleurs, la manne financière du « quoi qu’il en coûte » n’a profité qu’aux grandes institutions culturelles, délaissant de très nombreuses petites structures, qui risquent de faire faillite sans aide supplémentaire.

Le bilan culturel du quinquennat est bien mince : ces 5 années n’ont accouché que d’un pass Culture, qui subventionne l’achat massif de mangas par les jeunes. La plupart des promesses de campagne du candidat Macron n’ont pas été tenues (lancer un Erasmus de la culture, organiser un sommet européen sur la culture…). Enfin, la Cour des comptes a récemment déploré un « saupoudrage » des subventions accordées au monde du spectacle vivant et un manque de vision de la politique culturelle.

Propositions

Donner l’accès et le goût de la culture pour tous et partout

Tripler le budget alloué à l’éducation artistique et culturelle, pour le porter de 100 à 300 millions d’euros par an, par réallocation des moyens dédiés au pass Culture.

Instaurer un taux réduit de TVA (5,5%) sur tous les biens culturels, afin de baisser le prix des disques, de la musiques enregistrée, physique et digitale, aujourd’hui assujettis à une TVA de 20,6%, et de l’accès aux musées, aux monuments et aux lieux de patrimoine payants de droit privé, aujourd’hui assujettis à une TVA de 10%. La culture est aussi un bien essentiel.

Garantir une éducation artistique et culturelle de la maternelle à l’université : chaque jeune scolarisé, chaque année, bénéficiera d’un parcours culturel, porté par des artistes ou des professionnels du secteur, et d’un accès garanti à tous les domaines de la culture (musique, spectacle vivant, arts plastiques et numériques, livre, cinéma, audiovisuel, culture scientifique et technique).

Faire porter par chaque établissement scolaire ou universitaire un projet culturel : chaque établissement sera jumelé avec une institution culturelle, un artiste ou une équipe artistique. Les créations de ciné-clubs, de clubs théâtre, de clubs de lecture et d’éloquence ou de chorales, seront généralisées.

Mobiliser les conservatoires pour les pratiques collectives de la musique. L’opération Un enfant, un instrument sera étendue.

Créer des chaires artistiques dans les universités, afin d’inviter chaque année des artistes français et étrangers à venir échanger sur leur art.

Inciter les établissements publics culturels à consacrer une part significative de leur budget à des actions en région, via des installations durables ou des politiques de diffusion et d’itinérance.

Créer le premier musée national itinérant d’art contemporain et du design, grand projet culturel du quinquennat destiné à irriguer le territoire.

Sauver notre patrimoine

Consacrer 2,5 milliards d’euros sur 5 ans à la rénovation et à l’entretien du patrimoine, soit une augmentation de 40%, pour répondre à une situation catastrophique. Les moyens humains pour accompagner les maîtres d’ouvrage seront renforcés et les taux d’intervention pour certains propriétaires de monuments seront bonifiés, notamment dans les communes rurales.

Valoriser les musées et le label « Maisons des Illustres » en région par un plan sur 5 ans.

Augmenter les crédits d’acquisition pour les musées nationaux, en les incitant en contrepartie à mieux faire circuler les œuvres.

Célébrer les grandes figures de l’Histoire et de l’Art français, par des expositions, publications, manifestations, diffusables en France et à l’étranger.

Faire entrer Molière au Panthéon, symbole de la culture française.

Faire de la France le pays phare de la création artistique

Soutenir les acteurs culturels touchés par les restrictions sanitaires en mettant en place dès l’été 2022 un plan de reprise post-COVID pour ceux qui subissent des baisses de fréquentation importantes.

Créer un Fonds National pour les Talents émergents, doté de 250 millions d’euros sur 5 ans. Chaque institution aidée réservera une part de sa programmation à des jeunes femmes.

Multiplier les résidences d’artistes dans les territoires ruraux et péri-urbains.

Favoriser la diffusion des œuvres théâtrales grâce à des aides à l’itinérance.

Lutter contre le piratage des contenus audiovisuels et cinématographiques au nom de la protection des auteurs en instituant une transaction pénale de 135 à 200 euros.

Promouvoir le cinéma en France en simplifiant les aides au secteur et en favorisant la relocalisation des tournages en France.

Faire rayonner la culture française en Europe et dans le monde

Créer 5 antennes des musées nationaux à l’étranger sur le quinquennat.

Faire de l’audiovisuel public – en particulier Arte, TV5 Monde et France Médias Monde – un véritable outil de rayonnement culturel et d’influence.

Faire rayonner la francophonie en imposant aux Centres Nationaux du Cinéma, de la Musique et du Livre de financer 10% d’œuvres francophones d’artistes et d’auteurs non français.

Réaffirmer l’ambition de notre audiovisuel public

Recentrer l’audiovisuel public – notamment France Télévisions et Radio France – sur ses missions de service public : information pluraliste et exemplaire, offre locale commune de qualité, programmes jeunesse, sportifs et culturels de référence, productions audacieuses pouvant rayonner au-delà de nos frontières.

Remplacer la redevance audiovisuelle obsolète par un financement budgétaire qui sera précédé chaque année d’un avis de l’ARCOM sur les moyens de l’audiovisuel public


Réponse publiée le