A- A+ Français

News Spectacles vus interview Les plus consultés Vu un 23 octobre

Santé

L'Aude et l'Hérault semblent avoir passé le pic de l'épidémie de coronavirus pas la Haute-Garonne et les Hautes-Pyrénées

coronavirus Covid-19

coronavirus Covid-19

En repassant tout juste sous la barre symbolique des 1000 personnes hospitalisées, les chiffres fournis par le bilan quotidien de l'Agence Régionale de Santé Occitanie semblent indiquer que le pic de l'épidémie est en train de passer. Près de 6 semaines et 203 morts après l'apparition du coronavirus COVID-19 à Montpellier le 28 février, l'irrépressible développement de l'épidémie semble être arrivée à son apogée. La charge des hôpitaux de la région est très élevée comme le montre le nombre de patient en réanimation qui est proche du maximum atteint depuis de le début de l'épidémie avec ce soir 323 lits occupés.

La suite sera aussi longue qu'incertaine. Longue car le flux de nouveaux malades en encore très important avec à peine 12 personnes de moins dans les hôpitaux d'Occitanie sur les dernières 24 heures alors qu'il y a 84 patients qui ont quitté l'hôpital guéris et 8 décès depuis la veille. Le chemin est donc encore long et combien de nouvelles infection, combien de victimes supplémentaires avant qu'on déclare la vague passée. Et la suite de l’épidémie reste incertaine car la suite dépend de beaucoup de paramètres dont le respect de mesures de distanciation sociale et particulièrement du confinement.

Les départements de l'est de l’Occitanie en avance

Les départements qui ont été touchés par le coronavirus plus tôt que les autres sont aussi ceux qui voient le nombre d'hospitalisation baisser le plus. L'Hérault dans lequel il y a eu la première infection confirmée le 28 février dernier et l'Aude ou il y a eu le premier décès, celui d’un patient âgé de 76 ans originaire de Quillan qui avait été prise en charge par le centre hospitalier de Carcassonne dont l’état de santé s’est rapidement aggravé et a conduit à son décès le matin du 15 mars. L'évolution de l'épidémie a été violente dans ces deux départements avec 62 décès en Hérault et 36 décès dans l'Aude. Mais les derniers bulletins de l'ARS le montrent, ces deux départements sont entrés de plain-pied dans une phase de stabilisation de l'épidémie avec un flux de patient qui sortent guéris de l'hôpital pour compenser le nombre de nouvelles hospitalisations. Et même un peu plus puisque la tendance de ces derniers jours se confirme avec 4 hospitalisations de moins en Aude et surtout l'Hérault avec 16 personnes de moins dans les hôpitaux. Une baisse qui reste fragile car elle est plus due à la forte augmentation du nombre de guéris qui est devenu très important avec 5 sorties d'hôpital sur les dernières 24 heures en Aude et 25 en Hérault.

Les départements de l'ouest de la région sont eux en phase de hausse comme la Haute-Garonne avec 15 hospitalisations supplémentaires qui devient le département ou il y a le plus de personnes hospitalisées et surtout le plus de patient en réanimation avec 103 patients. Les Hautes-Pyrénées avec 2 hospitalisations de plus qui atteignent presque qu'autant d'hospitalisés que l'Aude. Ou le Lot avec 3 hospitalisations de plus qui n'avait jamais atteint le seuil de 20 personnes hospitalisées dont près de la moitié des patients pris en charge par un service de réanimation.

Les médecins inquiets du peu d'AVC et d'infarctus

L'épidémie du coronavirus occupe les devants de la scène évidemment. Mais les médecins sont inquiets de constater qu'ils ne voient plus le flux de personnes qui appellent le 15 pour des pathologies qui n'ont aucune raison de disparaître comme les AVC et les infarctus. Que ce soit lié à la crainte de se retrouver mêlé avec des malades du coronavirus ou à une réticence à venir charger un peu plus les urgences, les conclusions du corps médical est la même. Les pathologies continuent d'exister et c'est autant de retard dans la prise en charge qui promet des cas plus complexes quand ils seront identifiés. L'ARS rappelle le maintien des consultations médicales pour les maladies graves. Les patients atteints d’une pathologie chronique nécessitant un suivi régulier comme le diabète, l'insuffisance cardiaque, le cancer ou le suivi psychiatrique doivent continuer à être suivis. Et ceux qui ont besoin d’un suivi spécifique ou non programmé lié à une autre situation médicale, du suivi d’enfant et vaccination au suivi de grossesse en passant par les accident domestique ou traumatismes doivent prendre ou maintenir leurs rendez-vous. Et l'ARS indique qu'il convient de prendre contact avec son médecin traitant et de préciser que la demande ne concerne pas l’infection Coronavirus et qu'en l'absence de votre médecin traitant ou en cas de signes de gravité, il faut composer le 15.

Par / ©Bigorre.org / publié le

Documents à consulter

Sur le même sujet

Jeudi 22 octobre 2020

News

Santé

Face à la progression de la COVID-19, Jean Castex annonce l'extension du couvre-feu à 38 nouveaux départements

Samedi 17 octobre 2020

News

Santé

Les Hautes-Pyrénées en état d'urgence sanitaire face à la COVID-19 à partir de samedi

Jeudi 1er octobre 2020

News

Santé

Les Hautes-Pyrénées restent en alerte face à la COVID-19

Samedi 26 septembre 2020

News

Santé

Le masque rendu obligatoire après le passage en alerte des Hautes-Pyrénées face à la COVID-19

 ▷