A- A+ Français

Spectacles à Tarbes et en Hautes-Pyrénées du  dimanche 23 août 2020 

Tarbes en Tango

Annulé / Tarbes

Annulé Tarbes en Tango :

21:00:00 / Le Kairn / Arras-en-Lavedan

ciné

Le Village du péché

Ce film a été tourné pendant les années 1926 et 1927 (cycle des saisons) dans le véritable village de Ryazan, sur la rivière Oka.
Dans le petit village russe de Ryazan, en 1914, Anna et Ivan tombent amoureux. Mais Ivan doit partir à la guerre. Profitant de son absence, son père fait des avances à la jeune femme et finit par la violer. Elle tombe enceinte. Quelques années plus tard, Ivan, que l’on croyait mort, revient du front vivant. Il découvre sa femme avec un bébé, rongée par la honte et la culpabilité.
Avec : Emma Tsesarskaia, Raisa Puzhnaya
Formidable mélodrame résolument féministe, premier film soviétique réalisé par une femme, Le Village du péché étonne par sa précieuse valeur documentaire à travers ses scènes de vie rurale aux premiers jours de la guerre
Accompagnement live :
Piano, synthés : Jean-Michel THINOT
Clarinette : Jean CLERMONT
Contrebasse, composition : Pierre BRICE
voir le teaser :
https://www.youtube.com/watch?v=OFGzrNjTcOs
Le ciné-concert est programmé en extérieur dans le jardin du Kairn mais en cas de mauvais temps rv dans la salle des fêtes. Réservation recommandée.
Participation au chapeau
Si vous souhaitez manger au Kairn avant merci de réserver (plat+dessert = 11 euros)
05 62 42 10 63 ou lekairn@gmail.com

Cinéma CGR Tarbes

Cinémas

Les cinémas des Hautes-Pyrénées

Expositions à Tarbes et en Hautes-Pyrénées en cours le dimanche 23 août 2020

Jusqu'au samedi 29 août 2020

/ Le Carmel / Tarbes

Monique Deyres

Depuis plus de 30 ans, Monique Deyres puise son inspiration dans la nature où elle emprunte ses matériaux de prédilection. Prolongement de ses ateliers, ses jardins se révèlent de véritables terrains d’expérimentations. Les végétaux qu’elle retravaille en fonction des atteintes du temps, permettent à l’artiste de soulever les notions d’espace, de paysage et de mémoire. Elle trouve toujours dans le jardin la matière de ses œuvres : lianes de kiwis enchevêtrées, fleurs et feuillages compressés en briques. Chaque série d’œuvres naît après une longue maturation la conduisant à la suivante. Celle d’un cèdre abattu, par exemple dont l’estampage d’une section de tronc sur des feuilles de papier a constitué une suite d’images teintées avec les couleurs extraites des pétales de coréopsis.
Qualifiant sa démarche « d’exploration et d’expérimentation du vivant, du paysage et de la nature en interaction avec l’espace et le temps », Monique Deyres a su bâtir une œuvre empreinte de poésie.