A- A+

News Spectacles vus interview Les plus consultés Vu un 28 novembre

Santé

Face à la progression de la COVID-19, Jean Castex annonce l'extension du couvre-feu à 38 nouveaux départements

Quelques jours après avoir annoncé que les départements parisiens et 8 métropoles seraient soumis au couvre-feu, Jean Castex a annoncé cet après-midi qu'il serait étendu à 38 nouveaux départements. Dont les Hautes-Pyrénées.

Carte du couvre-feu

Carte du couvre-feu

Le premier ministre Jean Castex avait déjà décrété l’état d’urgence sanitaire sur l’ensemble du pays depuis samedi 17 octobre avec l'interdiction des rassemblements à plus de 6 personnes dans l’espace public, l'interdiction des évènements festifs dans les salles des fêtes et polyvalentes et la limitation à 5000 personnes pour les établissements recevant du public avec respect d1 siège vacant entre deux spectateurs ou groupes de 6. Il avait aussi annoncé qu'un couvre-feu serait institué dans les 8 départements de l’Ile-de-France et les 8 métropoles : Lille, Lyon, Aix-Marseille, Grenoble, Toulouse, Montpellier, Saint-Etienne et Rouen. Mais face à un coronavirus qui continue à progresser avec un taux d'incidence qui atteint 251 cas positif pour 100 000 habitants, un nouveau pas a été franchi aujourd'hui avec l'annonce de l'extension du couvre-feu à 38 départements supplémentaires.

46 millions de français soumis au couvre-feu

Le ministère de la Santé avait annoncé que les critères retenus pour choisir les villes en couvre-feu sont les suivants : incidence à plus de 250 pour 100 000 habitants, incidence des personnes âgées supérieure à 100, taux d’occupation des lits de réanimation supérieur à 30% et une dynamique conduisant à un dépassement des 50% dans les prochaines semaines. Avec un taux d'incidence au niveau national qui atteint 251 personnes pour 100 000 habitants, Jean Castex a décidé d'aller au-delà de ce critère en instituant le couvre-feu dans 54 départements.

Dans les départements concernés par le couvre-feu, les sorties et déplacements seront interdits de 21 heure à 6 heure du matin. Les contrevenants s'exposent à une amende de 135 € à la première infraction et jusqu’à 3750 € en cas de récidive. Des dérogations seront prévues pour se rendre chez le médecin, pour des raisons médicales, pour les déplacements pour travailler ou pour étudier, pour les déplacements en avion ou train ou le billet fera foi, pour motif impérieux, pour assistance aux personnes vulnérables, précaires ou la garde d’enfants, pour se rendre auprès d’un proche dépendant, pour le déplacement des personnes en situation de handicap et leur accompagnant, pour convocation judiciaire ou administrative, pour participation à des missions d’intérêt général sur demande de l’autorité administrative, ou pour sortir son animal de compagnie dans un rayon de un kilomètre. Le ministère de la santé précise que des attestations dérogatoires pourront se faire en ligne, sur un smartphone et sur papier libre. Elles seront valables une heure en dehors du motif professionnel : ce dernier devra être accompagné d’un justificatif de l’employeur.

Ces mesures sont entrées en vigueur dans la nuit de vendredi à samedi et sont annoncées pour 6 semaines, soit jusqu'au 5 décembre.

Par / ©Bigorre.org / publié le

Sur le même sujet

Mardi 10 novembre 2020

News

Santé

La seconde vague de la COVID-19 est violente et il n’y a pas de signe de ralentissement en Hautes-Pyrénées

Jeudi 5 novembre 2020

Le Préfet des Hautes-Pyrénées à l'Hôpital de Tarbes

News

Santé

Les 16 lits en réanimation de l'hôpital de Tarbes sont tous occupés

Samedi 17 octobre 2020

Carte covid-19

News

Santé

Les Hautes-Pyrénées en état d'urgence sanitaire face à la COVID-19 à partir de samedi

Jeudi 1er octobre 2020

News

Santé

Les Hautes-Pyrénées restent en alerte face à la COVID-19

 ▷