A- A+
   

Politique culturelle / élections présidentielles 2022 / Anne Hidalgo

Nous avons interrogé Anne Hidalgo (Parti socialiste) qui candidate aux élections présidentielles sur son projet de politique culturelle.

Questions aux candidats aux élections présidentielles

Votre regard sur de la politique culturelle conduite par le Président de la République Emmanuel Macron et des Ministres de la culture de ses gouvernements :

  • Est-ce que les objectifs affichés par le candidat Emmanuel Macron en 2017 ont été atteints ?
  • Bilan et critique des initiatives conduites et du soutien aux structures actives, en particulier depuis le début de la COVID-19.
  • L’action envers les plus jeunes, dans le cadre scolaire en particulier.
  • Est-ce que la part du budget consacré à la culture est suffisante ? Est-elle bien utilisée ?
  • Le rayonnement culturel de la France est-il suffisant ?

Votre projet culture :

  • Voudriez vous conduire un projet dans la continuité ou en rupture avec l’action passée ?
  • Quelles évolutions ou même révolutions tant au niveau artistique qu’économique voudriez vous impulser ?
  • Faut-il et doit-on dépenser plus dans ce domaine ?
  • Faut-il l'intervention publique pour aider la culture a la sortie de la COVID-19 ?

Réponse de Anne Hidalgo (Parti socialiste)

 Réponse partielle à nos questions 


Dans p=son programme, deux propositions concernet la culture :

24 _ Replacer la culture au cœur du projet républicain

La France est un projet culturel en soi. La France, pays de l’exception culturelle, avec un patrimoine exceptionnel, doit le rester. Il n’y

a pas de plus belles démocraties que celles où toutes les formes artistiques sont entendues, accompagnées, accueillies, valorisées. Dans un contexte où la culture est de plus en plus traitée comme une « marchandise », avec un effacement progressif du citoyen au profit du « consommateur », je redonnerai à la culture sa place centrale dans notre projet républicain.

Je défendrai la liberté de la création et de sa diffusion, au cœur de la politique d’aménagement des territoires, au cœur des questions sociales, d’éducation, d’habitat, de solidarités, etc. Parce que les acteurs du spectacle vivant, durement touchés par la crise sanitaire, subissent une perte d’activité particulièrement sévère depuis le début de la crise sanitaire, je me battrai pour qu’ils retrouvent une place au cœur de notre société : je ferai en sorte que toutes les scènes publiques puissent systématiquement, et tout au long de l’année, accueillir des artistes en résidence. Je demanderai à l’ensemble des institutions financées majoritairement par l’argent public de réserver 10 % de leur programmation à la nouvelle création, quel qu’en soit le domaine. Il faut en effet que les jeunes artistes puissent rencontrer leur public.

Afin que les arts visuels infusent à leur tour plus largement notre société, nous développerons le principe des artothèques, des médiathèques publiques destinées aux arts plastiques. De nombreux lieux publics comme les hôpitaux, les universités, les commissariats, les administrations seront investis afin que l’art soit une réalité quotidienne pour tous. De même, une politique ambitieuse de préservation et de valorisation du patrimoine sera déployée.

J’agirai aussi pour la diversité face à l’uniformisation des contenus, de leurs expositions, et de leurs financements, car l’uniformisation est la négation de la création et de la liberté artistique. Je porterai cette exigence au nom de la France dans les institutions européennes et internationales. Je préserverai l’indépendance des droits des artistes, intégrant toute la chaîne de la création. Nous agirons pour la juste rémunération des auteurs, des artistes, des interprètes, des écrivains, des producteurs et des diffuseurs, durement touchés dans le contexte de la mondialisation et de la révolution numérique.

33 _ L’éducation, nouvel axe de notre politique culturelle

L’art est ce qui nous tient ensemble, nous unit et nous réunit, indépendamment de nos origines et de ce que nous sommes. Je donnerai accès à la culture à tous, par un programme majeur d’éducation artistique à l’école, permettant à la fois de développer les émotions mais aussi, à chacun le souhaitant, de s’investir dans un domaine artistique. Je ferai en sorte que toutes les scènes publiques puissent systématiquement et tout au long de l’année accueillir des artistes en résidence. Les artistes, les techniciens, les artisans qui participent à la fabrication des œuvres interviendront ainsi dans les classes, dans tous les établissements scolaires et universitaires des territoires environnants, et proposeront des masterclasses, des échanges, des ateliers en lien avec le programme qui élargissent l’horizon, jusqu’à des perspectives professionnelles. Ainsi, et en cohérence avec ce qui existe déjà localement, nous diversifierons les propositions d’actions dans les écoles afin que les élèves rencontrent beaucoup plus souvent et mieux les artistes avec pour ambition d’y accueillir 10 000 artistes dès l’année 2023 dans le cadre du renforcement de l’Éducation Artistique et Culturelle (EAC). La création de maisons d’art pour la petite enfance viendra compléter ce programme. Je créerai un Erasmus culturel pour permettre une plus grande circulation des jeunes artistes et étudiants en art en Europe.


Réponse publiée le