A- A+ EnglishEspañolItalianoEuskadi中国

Spectacles à Tarbes et en Hautes-Pyrénées du  vendredi 13 décembre 2019 

11:00:00 à 19:00:00 / Place Jean Jaurès / Tarbes

Marché de Noël

Marché de Noël, patinoire, grande roue

17:30:00 / Université de Pau Pays de l'Adour - STAPS / Tarbes

conférence

UTLTB - Université du Temps Libre Tarbes-Bigorre : L’installation du pouvoir autoritaire en Turquie

Bar Le Melting Pot

19:00:00 / Le Melting Potes / Tarbes

théâtre

Mémé et Nanou en baladeThéâtre A Tatons

Le Celtic Pub à Tarbes

20:00:00 / Le Celtic / Tarbes

Grauss BoutiqueWhat Washington Wants

Non, je te le dis, à toi qui lis la presse locale avec tant d'assiduité, il n'y a aucun membre d'aucun groupe que tu connaisses qui jouerait dans le Grauss Boutique. Le Grauss Boutique est simplement la sémillante effusion de joie et d'énergie de trois jeunes gars qui vont pas tarder à détrôner le groupe de hard-rock préféré de ton papa, qui a pas su affiner sa coupe mulet à temps, quand l'heure du vrai gros rock eut enfin sonné. Oui, gloire à la salsa, et à Grauss Boutique!

Le Pari, à Tarbes

20:30:00 / Le Pari / Tarbes

Théâtre

Federico, la colombe assassinéeThéâtre du Jeu

20:30:00 / Le Parvis / Ibos

théâtre

La double inconstanceMarivauxGalin Stoev

Ce classique de Marivaux est construit sur une opposition flagrante, qui produit à la fois du rire et de l’effroi. Deux conceptions de l’amour s’affrontent : le monde de ceux qui gouvernent et le monde de ceux qui subissent.

Billeterie

20:30:00 / Théâtre des Nouveautés / Tarbes

théâtre

Oui !

Une comédie de Pascal Rocher
Mise en scène de Rodolphe Sand
Avec Pascal Rocher, Ariane Zantan et Benoît Thiebaut ou Rodolphe
Sand, Morgane Bontemps et Alexandre Guilbaud

Les Improsteurs, photo de Stéphane Boularand (c)Bigorre.org

20:30:00 / Maison des Associations - quai de l'Adour / Tarbes

impro

Les Improsteurs

21:00:00 / La Gespe, scène de musiques actuelles / Tarbes

SuzanePi Ja Ma

Suzane se définit elle-même comme une " conteuse d'histoires vraies sur fond d'electro" . Elle a la jeunesse lucide et libre, les mots et le corps comme moyens d’expression. Électron libre de cette nouvelle scène électro/chanson, Suzane étouffe les évidences et chante ce que nous sommes.
Avec seulement 3 titres dévoilés, Suzane fait déjà exploser les compteurs avec plus de 5 millions de streams et déjà plus de 90 dates dont certains des plus grands festivals français (Solidays, Francofolies de la Rochelle), des tournées au Japon et en Chine et des premières parties de Thérapie Taxi, L’or du Commun ou encore Feder.
Alors qu’elle pratique la danse classique au conservatoire pendant quinze ans, Suzane se passionne pour la chanson réaliste (Brel, Piaf, Barbara…). Jusqu’au jour où elle envoie tout valser. Exaspérée par les diktats imposés par la danse à haut niveau, la discipline aveugle et les sacrifices personnels, elle arrête la danse et prend un job de serveuse. Elle découvre l'univers de la nuit, ses clubs et sa musique électro. C’est une révélation. C'est à ce moment que son projet artistique prend forme : Suzane sera une artiste électro, avec la danse comme élément central - une danse déstructurée loin de celle qu'elle a apprise plus jeune - sans éluder son amour pour les mots.
Son boulot de serveuse se révèle être un puits d’inspiration : ses clients deviennent des acteurs, qui nourrissent sans le savoir sa prose. Des histoires du quotidien, les gens, les Hommes.
Les chansons de Suzane, c’est le regard d’une jeune femme d’aujourd’hui, à l’heure des addictions vertigineuses et des écrans noirs, des doutes et des espoirs. C’est assez saisissant et furieusement vivant.
Sa musique est dépouillée, elle n’a pas besoin d’effets spéciaux pour viser le coeur. Il y a souvent un beat, des drops, des ambiances qui se croisent ou se mêlent ou se confrontent. Et les mots donc.
Suzane veut expérimenter, ressentir, partager, composer, risquer, bouger, n’être qu’elle-même, quitte à devenir quelqu’un d’autre, le temps d’une chanson, d’un concert, d’une vision.
Sur scène comme dans ses clips, elle porte cette drôle de combinaison bleue. Sa panoplie de super héroïne ? “Avec la danse, j’ai toujours été habituée à enfiler un costume. Ce truc de se dire que je monte sur scène pas habillée comme dans la vie de tous les jours. Dans ma danse, il y a un côté danse de combat. Mon père est un accro des arts martiaux, il regardait les films de Bruce Lee avec moi et j’ai été inspirée par sa combinaison jaune, celle de “La Fureur du Dragon”. Dès que je porte cette combinaison, je deviens Suzane… Et Suzane me permet d’être moi-même tout en étant quelqu’un d’autre.”

Billeterie
Cinéma CGR Tarbes

Cinémas

Les cinémas des Hautes-Pyrénées

Expositions à Tarbes et en Hautes-Pyrénées en cours le vendredi 13 décembre 2019

Jusqu'au samedi 11 janvier 2020

/ Le Parvis / Ibos

Kissing the sun, touching the moon, mixing the watersMarco Godinho

Héritier de la pensée conceptuelle, Marco Godinho mène depuis plusieurs années une recherche sur l’exploration sensible des notions d’errance, d’exil, de mémoire et de temps vécu. Sa perception subjective de l’espace et du temps est probablement liée à son parcours personnel. Né au Portugal en 1978, il quitte avec sa famille son pays natal pour s’installer plus au nord au Luxembourg. Son parcours artistique le conduit ensuite à partager sa vie entre son pays d’accueil et Paris, tout en explorant, au cours de voyages fréquents, d’autres cultures, d’autres territoires et sociétés, d’autres langues.

Billeterie

Jusqu'au dimanche 19 janvier 2020

/ Musée Massey et Musée International des Hussards / Tarbes

Exposition Campana et la fascination de l’Antiquité

Le musée Massey retourne aux sources de l’esthétique antique en présentant en perspective des œuvres picturales issues du maniérisme, du classicisme et du néo classicisme des XVIIe – XIXe siècles et des pièces céramiques grecques et étrusques de la collection Campana.
Cette dernière, constituée entre 1830 et 1850 par ce noble italien, directeur du Mont-de-Piété, a été vendue en partie à Napoléon III par les Etats pontificaux après un procès retentissant pour malversation intenté à l’indélicat marquis. Plusieurs ensembles d’objets de cette collection furent dispersés à travers les musées de province, dont celui de Tarbes. Cette exposition permet de remettre en lumière la permanence de l’influence de la civilisation gréco-romaine dans l’inspiration artistique européenne aux XVIIe – XIXe siècles.

Jusqu'au vendredi 31 janvier 2020

/ Le 103 - Archives municipales / Tarbes

photo

Il était une fois TarbesHenri Paris

Quelle ne fut pas notre surprise lorsque nous avons été contactés pour un don de cent quatre-vingt-dix plaques de verre concernant les casernes tarbaises au début du XX° siècle !
Très vite, est identifié le quartier Soult, où les photographies du quotidien montrent la vie de casernement. Nous pouvons également y voir des exercices militaires et les bâtiments de cet ensemble architectural remarquable tarbais.
Les photographies ont été prises par M. Henri Paris, passionné par la technologie du vérascope Richard, appareil qu’il a acquis en ce début de siècle. Par ses clichés, Henri Paris témoigne de ses périodes d’incorporation en 1909 et 1911, au 24e régiment d’artillerie de Tarbes.
Dans cet important ensemble de clichés, nous pouvons également voir des photographies de son détachement dans l’armée d’Orient pendant la Première Guerre mondiale. C’est un témoignage rare, qui en cette fin de période de commémoration de la Grande Guerre, méritait d’être partagé. La ville de Thessalonique, située sur la mer Egée dans la péninsule des Balkans, enjeu stratégique entre la Grèce et feu l’Empire ottoman, sera le point de départ d’un nouveau front dans le conflit mondial. Les soldats qui constituent l’armée d’Orient resteront mobilisés jusqu’en 1919.

C’est à partir de ce don exceptionnel, remis à la ville de Tarbes par M. Denis Paris, petit-fils d’Henri Paris, à l’automne 2017, que s’est construite cette exposition.