English Espana Catalunya Euskadi portuguais Deutsch Italiano Vlaamse Réduire la taille du texte Aggrandir la taille du texte

Politique culturelle : Election Municipales

François Meunier
François Meunier

Nous avons interrogé François Meunier () qui candidate aux Election Municipales sur son projet de politique culturelle.

Questions aux candidats aux Election Municipales

Nous avons contacté les candidats à l'élection présidentielle pour les interroger sur 2 axes.

Le regard sur de la politique culturelle conduite par Gérard Trémège, maire sortant :

  • Les aides aux associations culturelles amateur et professionnelles Le travail de l’office de tourisme pour animer la ville
  • L’action envers les plus jeunes, dans le cadre scolaire en particulier.
  • La part du budget municipal consacré à la culture et son utilisation.
  • Le rayonnement culturel tarbais. Le développement de structures comme La Gespe, le Pari, les Théâtre des Nouveautés mais aussi les festivals et les musées tarbais.

Le projet de politique culturelle : Le projet culturel

  • Voudriez-vous conduire un projet dans la continuité de la majorité sortante ou en rupture avec l’action passée ?
  • Quels développements pour les salles de Tarbes en Scène ?
  • Quelle relation avec les autres acteurs culturels locaux, comme Le Parvis ou Le Chaudron ?
  • Quelles évolutions ou même révolutions tant au niveau artistique qu’économique voudriez-vous impulser ?
  • Faut-il et doit-on dépenser plus dans ce domaine ? 

Réponse de François Meunier ()

Dimanche 23 mars 2014

Mail du 3 mars 2014
J’ai bien reçu votre lettre au sujet de mon « projet de politique culturelle pour Tarbes » qui a retenu toute mon attention.
Je ne vous dirais pas comme d’autres candidats, ce que je ferais si je suis élu maire car je ne serai pas élu maire, et d'ailleurs je ne serai pas le seul !
Je suis communiste, c'est dire que j’ai quelques idées en matière de culture. qui à mon sens peut être un élément déterminant pour l’émancipation des exploités. Nous avons plein d'idées sur "la culture accessible à tous," mais avant tout nous voulons utiliser ces élections qui seront un test politique pour faire entendre le camp des travailleurs.
Mais pour prendre un exemple dans le domaine de la culture, ce qui se passe avec les intermittents du spectacle est significatif : le MEDEF est à la manœuvre pour supprimer le statut des intermittents.
Et bien nous, on voit une grosse arnaque ailleurs que dans les soi disant abus de ce statut. L'arnaque on la voit dans les dizaines de milliards que le patronat va recevoir avec le pacte de responsabilité, le CICE, tous ces dispositifs qui vont drainer les finances publiques vers les caisses des industriels et des banquiers.
L'arnaque elle est dans la politique de ce gouvernement quine se traduira pas par des emplois, mais par de la spéculation supplémentaire ainsi que la dégradation des services publics de santé et d'éducation.
C'est là qu'il y a un scandale, alors que le chômage explose, alors que les salaires baissent, et que le gouvernement de gauche aide le patronat à s'en prendre aux classes populaires. Et si on se présente à cette élection c'est pour dénoncer cette politique du point de vue des intérêts des travailleurs, en mettant en avant les exigences vitales du monde du travail.
Les élections qui arrivent doivent être l’occasion de faire entendre une opposition du point de vue des travailleurs contre l’offensive patronale et à la politique gouvernementale. C’est avec cet objectif que Lutte Ouvrière a constitué près de 200 listes dans les grandes villes, les villes ouvrières et les banlieues populaires du pays. Ces listes s’intituleront toutes : « Lutte Ouvrière - Faire entendre le camp des travailleurs ».
C’est pourquoi nous affirmerons dans ces élections qu’il est plus que jamais nécessaire:
d’interdire les licenciements
de rétablir l’échelle mobile des salaires afin que les salaires suivent l’inflation qui paralyse les budgets des classes populaires (gaz, électricité, loyers, TVA..)
de supprimer le secret bancaire et commercial afin que les travailleurs concernés et la population connaissent réellement les bénéfices des entreprises(qu’ils ont créés) et qu’ils soient au courant des sales coups qui les attend.
François Meunier