A- A+
   

Politique culturelle / élections présidentielles 2022 / Emmanuel Macron

Nous avons interrogé Emmanuel Macron (En Marche) qui candidate aux élections présidentielles sur son projet de politique culturelle.

Questions aux candidats aux élections présidentielles

Votre regard sur de la politique culturelle conduite par le Président de la République Emmanuel Macron et des Ministres de la culture de ses gouvernements :

  • Est-ce que les objectifs affichés par le candidat Emmanuel Macron en 2017 ont été atteints ?
  • Bilan et critique des initiatives conduites et du soutien aux structures actives, en particulier depuis le début de la COVID-19.
  • L’action envers les plus jeunes, dans le cadre scolaire en particulier.
  • Est-ce que la part du budget consacré à la culture est suffisante ? Est-elle bien utilisée ?
  • Le rayonnement culturel de la France est-il suffisant ?

Votre projet culture :

  • Voudriez vous conduire un projet dans la continuité ou en rupture avec l’action passée ?
  • Quelles évolutions ou même révolutions tant au niveau artistique qu’économique voudriez vous impulser ?
  • Faut-il et doit-on dépenser plus dans ce domaine ?
  • Faut-il l'intervention publique pour aider la culture a la sortie de la COVID-19 ?

Réponse de Emmanuel Macron (En Marche)

 Réponse partielle à nos questions 


Dans son programme, au chapitre culture :

Ce qui a déjà changé pour vous

Plus d’un million et demi de jeunes ont déjà bénéficié du « Pass Culture » avec un crédit de 300 euros. Fin 2022, près de 4 millions de collégiens et lycéens pourront l’utiliser pour aller au théâtre, à des concerts, visiter des monuments, lire des livres, etc. Un exemple : 77% des acheteurs d’instruments de musique ne l’auraient pas acheté sans le Pass Culture.

Grâce au lancement du plan « À l’école des arts et de la culture », l’accès généralisé à une éducation artistique et culturelle (EAC) a été mis au cœur de l’éducation de nos enfants avec l’adoption de l’objectif « 100% EAC ». 5 axes prioritaires ont été décidés pour accompagner cet objectif : chanter, lire, regarder, s’exprimer à l’oral et développer son esprit critique. Aujourd’hui, 75 % des élèves de nos écoles ont accès aux musées, aux œuvres et aux artistes qui les font vivre. Pour mieux former à l’EAC, l’Institut national supérieur de l’éducation artistique et culturelle (INSEAC) a également été lancé à Guingamp.

Le patrimoine n’a jamais été autant préservé : le budget annuel du ministère de la Culture pour restaurer les monuments historiques a augmenté de 7% depuis 2017 pour atteindre 355 millions d’euros en 2022. La Mission Bern « Patrimoine en péril » (avec le loto du patrimoine) a permis de récolter plus de 180 millions d’euros depuis 2018. Du Fort de Brescou à l’Hôtel de Polignac, près de 630 monuments ont pu être sauvés en 4 ans grâce à ce dispositif.

Un soutien massif a été déployé en faveur de la création artistique et de la diffusion de la culture : le régime des intermittents a été préservé, les droits sociaux des artistes-auteurs ont été améliorés, un programme inédit de commandes, « Mondes Nouveaux », a été lancé et le Centre national de la musique (CNM) a été créé. Près de 14 milliards d’euros ont été mobilisés pour le secteur de la culture pendant la crise sanitaire.

Emmanuel Macron a mené une politique culturelle très ambitieuse, en protégeant notre patrimoine tout en permettant à chacun d’accéder à la culture. Ce qu’il avait annoncé en 2017, il l’a fait !

Pour protéger la culture, quoi qu’il en coûte, et préparer l’avenir :

Pour lui donner les moyens de ses ambitions, le budget du ministère de la Culture a constamment augmenté depuis 2017. En 2022, pour la première fois dans son histoire, le cap des 4 milliards d’euros a été franchi, soit une augmentation de 13% depuis le début du quinquennat.

Plus de 14 milliards d’euros ont été investis pour soutenir le monde culturel, particulièrement touché par les conséquences de la crise sanitaire. Cette mobilisation de tous au service de la culture a contribué à la grande bataille collective contre le virus.

Le régime des intermittents du spectacle et de l’audiovisuel a été préservé tout au long du quinquennat, d’autant plus pendant la crise sanitaire, grâce à « l’année blanche » qui a été ensuite prolongée de six mois.

La culture a contribué à la continuité éducative, y compris pour les élèves décrocheurs ou les familles isolées grâce aux « Vacances apprenantes » en lien étroit avec le ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports. Plus largement, le dispositif « été culturel » en 2020, puis en 2021, a permis à plusieurs milliers d’artistes d’aller à la rencontre des habitants privés de culture pendant la crise. 40 millions d’euros ont été dédiés à ces projets qui impliquaient tous une rémunération des artistes.

Créé en 2020, le Centre national de la musique (CNM) a été un outil puissant et efficace pour soutenir la filière lors de la fermeture des lieux de spectacle, à hauteur de plus de 200 millions d’euros.

Pour mettre les créateurs au cœur de la relance de la France, le projet « Mondes nouveaux », vaste commande publique qui concerne 430 artistes, a été lancé en 2021 pour un montant de 30 millions d’euros.

Même pendant les périodes de confinement et de couvre-feu, les tournages ont pu se poursuivre, grâce à un fonds spécial de 50 millions d’euros créé par l’Etat, afin d’offrir aux Français de nouvelles productions dès la réouverture des salles et de continuer à nourrir la richesse de la production audiovisuelle. Les créations, répétitions, enregistrements et captations ont également pu se poursuivre tout au long des périodes de fermeture pendant la pandémie.

La culture est aussi un fer de lance du plan de relance. Les 2 milliards d’euros qui lui sont consacrés ont permis de soutenir, sur l’ensemble de nos territoires, notre patrimoine, notre modèle de création, l’emploi artistique et culturel, notre réseau d’écoles d’enseignement supérieur culturel, ainsi que nos filières économiques culturelles.

1 milliard d’euros : c’est le montant investi dans le 4ème Programme d’Investissement d’Avenir (PIA) et le volet Culture du Plan France 2030, pour assurer l’attractivité et le dynamisme de nos industries culturelles et créatives. Cela permettra d’accélérer l’innovation dans les secteurs culturels d’avenir (comme la musique, le cinéma d’animation, les jeux vidéo ou les expériences immersives…) et de développer la capacité industrielle nécessaire.

La culture, ce sont aussi des professionnels engagés et passionnés. Les nominations à la tête des grands établissements culturels ont été placées sous le signe de l’ouverture, de la féminisation et de la diversité.

Pour préserver notre patrimoine et revitaliser nos territoires :

Plus d’un million et demi de jeunes entre 15 et 18 ans peuvent déjà avoir accès, via le Pass Culture, aux offres de plus de 11 000 acteurs culturels. Ils seront 4 millions d’ici la fin de l’année.

La Mission Bern « Patrimoine en péril » est un outil efficace pour protéger notre patrimoine culturel d’exception. A travers notamment le « Loto du Patrimoine », cette mission a permis de récolter plus de 180 millions d’euros depuis 2018. Du Fort de Brescou à l’Hôtel de Polignac, en 4 ans, près de 630 monuments ont pu être sauvés grâce à ce dispositif. Par ailleurs, chaque année, plus de 300 millions d’euros sont consacrés à l’entretien des monuments historiques.

Avec le plan de relance, plus de 600 millions d’euros sont consacrés à la restauration des cathédrales, des monuments nationaux et des monuments historiques. Jusque-là laissé à l’abandon, le château de Villers-Cotterêts sera par exemple intégralement restauré et deviendra la Cité internationale de la langue française.

La souscription nationale pour la reconstruction de la cathédrale Notre-Dame de Paris a permis de récolter plus de 830 millions d’euros, grâce à une générosité qui a dépassé nos frontières. Le chantier bat son plein avec plus de 150 artisans et compagnons engagés.

Le patrimoine sensoriel (les sons et les odeurs) fait maintenant partie des caractéristiques des espaces naturels reconnues dans le code de l’environnement. Concrètement, c’est un moyen de protéger le patrimoine vivant de nos campagnes.

Le déploiement des Microfolies a permis de réduire les inégalités territoriales : de Sevran à La Souterraine, en passant par Auxerre, Bastia ou Les Mureaux, 224 musées numériques ont été installés partout en France pour donner accès aux chefs d’œuvre de nos grandes institutions culturelles et créer des lieux de vie et de convivialité.

Un rééquilibrage culturel a été engagé entre Paris et les régions : le grand chantier culturel présidentiel a été lancé à Villers-Cotterêts pour sauver l’unique château de l’époque de la Renaissance de Picardie et le transformer en Cité internationale de la langue française, un plan cinéma d’envergure a démarré à Marseille , un nouveau pôle de conservation de la BnF est en cours d’implantation à Amiens et le premier Institut national supérieur de l’éducation artistique et culturelle a ouvert à Guingamp.

Les musées nationaux ont été incités à développer leur ancrage territorial (exposition Arts de l’islam du Louvre dans 18 villes, expositions hors les murs du Centre Pompidou…). Par ailleurs, les états généraux des festivals ont permis de réaffirmer une politique ambitieuse pour l’attractivité culturelle des territoires.

Pour que la jeunesse s’émancipe par la culture et que chacun y ait accès :

L’ensemble des jeunes de 18 ans bénéficient maintenant du Pass Culture, avec 300 euros pour aller au théâtre, ou à des concerts, acheter un instrument, visiter des monuments, lire des mangas ou des romans, etc. Le Pass Culture est étendu en 2022 et concernera plus de 4 millions de collégiens et lycéens.

En mars 2022, 1,5 million de jeunes en ont bénéficié et près de 6,3 millions de réservations ont été prises via ce dispositif depuis mai 2021. Plus de 11 000 lieux sont partenaires du Pass, dont 3000 librairies indépendantes et réseaux de libraires, mais aussi des cinémas, musées, théâtres, salles de concerts, festivals ou des magasins d’instruments de musique.

Grâce à ce dispositif, 40% des jeunes utilisateurs déclarent avoir découvert des lieux culturels. Le Pass Culture a notamment permis de renforcer l’accès de la jeunesse à la lecture : les livres représentaient en 2021 56% des dépenses réalisées sur l’application liée au Pass. Plus de 425 000 jeunes ont acheté des livres grâce au dispositif, alors même que le temps consacré à la lecture est de plus en plus concurrencé par celui passé sur d’autres activités comme la télévision ou internet. 55% des jeunes qui ont acheté un manga ont également acheté un livre d’un autre genre littéraire. Le Pass Culture, c’est aussi 1,2 millions de séances au cinéma, 20 000 instruments de musique achetés, et des centaines de places réservées pour des festivals !

Grâce au lancement du plan « À l’école des arts et de la culture », l’accès généralisé à une éducation artistique et culturelle (EAC) a été mis au cœur de l’éducation de nos enfants avec l’adoption de l’objectif « 100% EAC ». 5 axes prioritaires ont été décidés pour accompagner cet objectif : chanter, lire, regarder, s’exprimer à l’oral et développer son esprit critique.

Pour que chaque enfant puisse avoir une éducation artistique et culturelle, l’Institut national supérieur de l’éducation artistique et culturelle (INSEAC) est lancé, et les partenariats entre les établissements scolaires et les structures culturelles se multiplient.

La chaîne France 4 est maintenue, avec un repositionnement sur une offre consacrée aux programmes jeunesse en journée, à la culture en soirée.

Aujourd’hui, 75 % des élèves de nos écoles ont accès aux musées, aux œuvres et aux artistes qui les font vivre. Avant, l’éducation artistique et culturelle concernait une minorité d’élèves, avec de fortes disparités géographiques et sociales. Parce que c’est dès le plus jeune âge que se constitue le bagage culturel de chacun, c’est dès ce stade que la majorité a agi.

Pour accueillir plus et mieux les millions d’usagers qui les fréquentent, les horaires d’ouverture des bibliothèques ont été étendus dans 623 communes, dont 40% sont situées en quartiers prioritaires, en zone Action cœur de ville ou en zone rurale. Au total ces bibliothèques sont ouvertes 8h30 de plus en moyenne par semaine.

La lecture a été déclarée grande cause nationale de l’année 2021-2022 pour donner encore plus de place aux livres dans la vie de tous les Français.

Pour renforcer notre modèle culturel dans le monde d’aujourd’hui et de demain :

La priorité est de sauvegarder et de promouvoir notre modèle culturel unique au monde. Depuis cette année, les grandes plateformes de vidéo à la demande en ligne (Netflix, Amazon, Disney + etc.) participent à financer la création cinématographique et audiovisuelle nationale et européenne et doivent donc respecter l’exploitation de nos œuvres. C’est une première au niveau européen.

Les plateformes de partage de contenu doivent aussi s’assurer de l’accord préalable des auteurs, ainsi que de la possibilité d’une rémunération supplémentaire pour les auteurs et les artistes-interprètes pour l’exploitation de leurs œuvres.

Face aux nouvelles menaces numériques, notre arsenal de lutte contre le piratage a été renforcé en créant un seul et nouveau régulateur, l’Autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique (ARCOM), et en défendant l’accès du public aux œuvres cinématographiques et audiovisuelles françaises.

Avec notamment la fixation d’un montant minimum de tarification du service de livraison du livre, la concurrence est plus juste et plus équilibrée entre nos librairies indépendantes et les plateformes en ligne.

Les médias publics se sont modernisés et rapprochés davantage des Français, notamment grâce à une forte stratégie numérique : FranceInfo est devenue le 1er média français d’actualité en ligne, Okoo et Lumni permettent de mieux s’adresser aux enfants et aux jeunes et France 3 et France Bleu ont groupé leurs forces pour lancer un média numérique dédié à la vie locale.

L’accès des citoyens à l’information a été protégé et la filière de la presse a été fortement soutenue pour défendre son pluralisme : loi contre la manipulation de l’information qui vise à mieux protéger la démocratie contre les infox, instauration du droit voisin, plan de soutien de 377 millions d’euros, crédit d’impôt pour les premiers abonnements, réforme de la loi Bichet et du transport de la presse et amélioration des rapports entre presse et forces de l’ordre pour mieux protéger le droit d’informer, notamment lors des manifestations.

Parce que la culture s’inscrit aussi dans le respect mutuel et est une passerelle de paix :

Un nouveau chapitre des relations entre l’Afrique et la France a été ouvert avec à la restitution, d’une ampleur inédite, des biens culturels à la République du Bénin et à la République du Sénégal en 2021, mais aussi avec la saison Africa 2020 qui a permis de déployer 1500 événements culturels, scientifiques, éducatifs et entrepreneuriaux dans 210 villes, touchant 4 millions de personnes.

Des archives relatives à la guerre d’Algérie ont été officiellement ouvertes. Elles l’ont été de manière anticipée, avec 15 ans d’avance, pour une plus grande transparence et afin de faciliter le travail des historiens.

Quinze œuvres, dont des tableaux de Gustav Klimt et Marc Chagall, vont pouvoir être restituées aux héritiers de familles juives spoliées par les nazis. C’est une première étape, car d’autres œuvres d’art devront encore être restituées. Mais c’est une étape historique.

Œuvrer à la protection du patrimoine à l’étranger est un engagement continu de notre nation. C’est pourquoi la France apporte notamment un important soutien financier à la restauration de plusieurs monuments au Moyen Orient.


Réponse publiée le