A- A+ English Español Italiano Euskadi 中国

Spectacles à Tarbes et en Hautes-Pyrénées du  samedi 8 février 2020 

09:00:00 à 17:00:00 / IUT / Tarbes

Immersions Digitales :

10:30:00 / Bibliothèque / Ibos

Festival Contes en Hiver : Le Pelushka CircusCie Audigane

14:30:00 / Haras National / Tarbes

visite guidée

Haras de Tarbes : son histoire et ses secrets

14:30:00 / Médiathèque Louis Aragon / Tarbes

Festival Contes en Hiver : Mes botinnes à lacets rougesSophie Clerfayt

Le Pari, à Tarbes

15:00:00 / Le Pari / Tarbes

Reportage

Expositions dans Tarbes

16:00:00 / Haras National / Tarbes

visite guidée

Haras de Tarbes : son histoire et ses secrets

16:30:00 / Médiathèque / Vic en Bigorre

Festival Contes en Hiver : Michto !Cie Audigane

19:00:00 / Abbaye de Saint-Sever de Rustan / Saint-Sever de Rustan

Festival Contes en Hiver : Femme du nord et CurberdonSophie Clerfayt

Le Celtic Pub à Tarbes

20:00:00 / Le Celtic / Tarbes

concert

Be Gore In Bigorre : Blind WisdomKrash Riders

20:30:00 / Le Pari / Tarbes

Théâtre

Ah ! les p'tites femmes…MaupassantMercedes TormoAnna MazzottiSophie Le StratJean-Michel Jouanne

Il ne fait pas bon être femme dans les nouvelles de Maupassant ! On pourrait penser qu’un homme aussi virulent doit cacher une fragilité... Et en effet, on sait que Maupassant aima les femmes autant qu’il les craignait: passionnément !
L’égalité entre les deux sexes n’est pas envisageable : l’homme et la femme sont toujours étrangers d’âme et d’intelligence. C’est pourquoi ils se font une guerre continue. Mais le vainqueur n’est pas toujours celui qu’on croit. Car qui est le prédateur, qui est la proie ? Si parfois l’auteur porte un regard compatissant sur les femmes-victimes, en soulignant la bêtise ou la veulerie des hommes, il prend de cruelles revanches et dénonce sans pitié la cupidité ou la dangereuse perfidie des femmes. « Le plus souvent, écrit-il, c’est l’homme qui est séduit, accaparé, enlacé de liens terribles... Il est la proie, la femme est le chasseur ». Dans L’Art de Rompre, Maupassant écrit encore : « Le cœur féminin diffère en tout du cœur de l’homme. » Tel est bien le problème et on touche là à une étonnante modernité !

20:30:00 / Eglise Sainte-Thérèse / Tarbes

concert

A Vistra De Nas

20:30:00 / Théâtre des Nouveautés / Tarbes

one man show

Moscato complètement JojoVincent Moscato

Cinéma CGR Tarbes

Cinémas

Les cinémas des Hautes-Pyrénées

Expositions à Tarbes et en Hautes-Pyrénées

Jusqu'au dimanche 9 février 2020 / Le Pari / Tarbes

Etre une femme

S’amusant à dépeindre notre vie quotidienne dans des portraits déroutants, Marie-Laure Drillet invoque des souvenirs, sillonne les relations amoureuses, explore
les facettes de la féminité et se joue avec habileté de nombreux clichés. Son travail, figuratif, très narratif, est ponctué de couleurs chatoyantes et d’un humour
parfois décapant. Ses expositions sont thématiques.
Elle s'engage tant sur le plan du recyclage des matériaux que dans sa démarche artistique basée sur l’identité féminine. Dans « si doux mensonges », elle se moque gentiment des petits arrangements amoureux. En 2012 son ambition est de « faire durer l’amour », nous captivant de propositions… contradictoires.
« Ma famille extraordinaire » réunit des portraits de familles rivalisant de facéties, « Les Gourmandes » nous régalent d'érotisme et d'audace. Luttant contre les
clichés et autres stéréotypes énervants avec humour, tendresse et malice, sa série « Tous les hommes... » en 2017 rend hommage à ceux qui tracent leur chemin
loin des rails qu'on leur impose et desinjonctions de la société, et enfin en 2019 avec « Je t'avais bien dit...?! » elle évoque son archipel natal Saint-Pierre et Miquelon, îles méconnues et pourtant si « exotiques ».

Jusqu'au samedi 22 février 2020 / L'Omnibus / Tarbes

Au-delàEtienne CarrenoSarah ChalotJonathan Crespin-FerruEloïse Lasserre

Exposition collective d'art contemporain avec Etienne Carreno, Sarah Chalot, Jonathan Crespin-Ferru et Eloïse Lasserre, diplômés de l'Ecole Supérieure d'Art et de Design de Tarbes, promotion 2019.

Jusqu'au samedi 29 février 2020 / Office de tourisme / Tarbes

Au coeur du rugby bigourdan

À l’occasion de la neuvième Coupe du monde de rugby, les Archives Départementales ont réalisé une exposition sur ce sport emblématique des Hautes-Pyrénées.
Cette exposition va permettre aux supporters, aux amateurs de rugby et aux non-initiés, de raviver des souvenirs ou de découvrir cette période faste, à travers des photographies, des unes de journaux et des objets.
Le rugby, sport collectif de contact, est vraiment une passion, un divertissement incontournable pour les Bigourdans. Il fait indéniablement partie de la culture locale : le lundi matin en ouvrant le journal, ne consultons-nous pas les pages sportives pour y chercher les résultats du week-end des clubs locaux ? Pendant la semaine, il n’est pas rare d’évoquer la bonne forme d’un club ou la mauvaise passe d’un autre. Au cours d’un repas de famille ou entre amis, les plus jeunes parlent du dernier essai du Stade Toulousain alors que les plus anciens se remémorent les anecdotes des matches d’antan des clubs mythiques de la Bigorre.
Le Stadoceste Tarbais, le Football Club Lourdais et le Stade Bagnérais, tous trois ayant atteint la finale du Championnat de France de rugby de 1ère division, y sont à l’honneur.

Jusqu'au samedi 7 mars 2020 / Le Carmel / Tarbes

La suite du mondeVictoria Klotz

Victoria Klotz développe depuis la fin des années 1990 une création singulière, plutôt marginale dans le champ de l'art contemporain : esthétiser notre rapport à l'animal et à la nature. Pas ici de culte du médium : les options plastiques sont diverses, entre sculpture et installation, photographie et intervention. Importe avant tout, pour cette amoureuse du milieu naturel, la mise en oeuvre, par des voies plasticiennes diverses, d'une divergence de vue par rapport à la manière dont le sens commun perçoit la "nature".
L'artiste, volontiers, se présente comme "la fille du chasseur", comme quelqu'un qui appartient à un temps et un espace où la peur de la nature n'avait pas fait son chemin.