English Espana Catalunya Euskadi portuguais Deutsch Italiano Vlaamse Réduire la taille du texte Aggrandir la taille du texte

Agenda Spectacles 586 News 512 Spectacles vus

jeudi 8 décembre 2011

Le Parvis Scène Nationale Tarbes Pyrénées, Ibos

Marc Bélit anticipe la fermeture du Parvis

illustration
illustration

A quelques jours d’un Conseil d’Administration de l’association qui gère La Scène Nationale tarbaise, Marc Bélit s’exprime sur la fermeture du Parvis pendant les travaux de rénovation du Méridien qui devraient débuter en décembre 2012. Quelques mois sans salle, sans cinéma et sans centre d’art qui vont obliger l’équipe dirigeante à imaginer une partie de la saison 2012-2013 hors les murs avant de retrouver à la rentrée suivante un nouveau Parvis.

Quel est votre rôle, maintenant que Marie-Claire Riou est directrice du Parvis ?
Le conseil d’administration que je préside est un outil de gestion et contrôle qui sur l’expérience des années passés fait en sorte que les engagements financiers pris soient dans la limite du raisonnable. On assure la solidité et la pérennité de la maison dans un contexte financier difficile. Ce qui permet à la directrice de prendre des risques artistiques. Le conseil d’administration se réunit jeudi pour travailler à la remise à niveau de cet équipement qui sera entièrement revu, avec de nouveaux locaux, un centre d’art et des abords qui seront complètement refait. Mon rôle est de piloter la stratégie d’ensemble de cette évolution vers des formes encore plus innovantes. Pour se projeter sur les dix ans à venir, avec de nouveaux enjeux, des formes culturelles, un public et des équipes qui se renouvellent. Je suis ça avec beaucoup de curiosité, de gourmandise et de passion.

Quel regard avez-vous sur l’évolution du Parvis ?
Je suis dans une position de spectateur de l’action de l’équipe dirigeante. Un spectateur curieux et heureux de la découverte. J’ai pris ma part dans le développement du Parvis, mais je suis maintenant plus dans le regard, l’analyse et la réflexion. J’ai envie d’être surpris par des choses que je n’avais pas imaginées. C’est le fonctionnement propre à la culture, ou les générations se succèdent pour proposer des formes auxquelles vous n’avez même pas pensé. Ce que je vois est très positif : la fréquentation est très bonne et j’ai vraiment le sentiment que Le Parvis est maintenant bien installé ans un paysage culturel qui dépasse largement les Hautes-Pyrénées !

Comment se présentent les mois à venir ?
Les travaux de rénovation du centre commercial ont déjà démarré. Le Parvis sera touché par les travaux dès janvier 2013 avec ce que ça implique pour le cinéma, le centre d’art contemporain et pour les spectacles. L’accès à la salle va être repensé et on va refaire beaucoup de choses, sans doute l’éclairage, l’ambiance et la siègerie. Beaucoup de choses qui ne sont pas visibles aussi, comme la distribution des fluides. Mais pendant cette période de travaux, le public ne sera pas privé de spectacle.

Ce sera une saison hors les murs ?
La saison va se dérouler normalement jusqu’en décembre 2012. Et ensuite pour la seconde partie de la saison, les spectacles vont être redéployés en Hautes-Pyrénées et plus singulièrement dans le Grand Tarbes. Au théâtre des Nouveautés dans la continuité d’un cadre conventionnel de théâtre, mais aussi de grandes manifestations qui surprendront le public ! Peut-être l’Arsenal ou des lieux plus inattendus, en plein air, dans les rues. Beaucoup de choses qui vont relancer l’intérêt pour des formes moins convenues. On a déjà vécu des périodes hors les murs quand la salle a été agrandie en 86-87. J’ai le souvenir d’une période particulièrement excitante pour le public !

Et après ?
Cette saison de transition sera vraiment un grand tournant, l’occasion pour la directrice de formuler un nouveau projet pour les trois ans qui suivront. Je ne rentre pas dans son projet culturel qu’elle exposera en son heure, mais le conseil d’administration et l’assemblée de jeudi vont prendre connaissance des grandes orientations et statuer sur les choix qui doivent être faits. On a déjà eu le Parvis 1, 2 et 3. C’est un moment important, la naissance d’un « Parvis 4 » avec un redéploiement des équipements actuels, la réponse à des comportements culturels qui ont changé avec l’arrivée d’Internet et des propositions encore plus ambitieuses.

A quoi ressemblera ce Parvis 4 ?
Il faut le demander à Marie-Claire Riou qui portera le nouveau projet. Je serais toujours là avec le conseil d’administration pour réunir les conditions qui permettent à ce projet d’exister et de se réaliser. Une répartition des rôles qui fonctionne bien et me satisfait pleinement !

Propos recueillis par

Stéphane Boularand Bigorre.org sur Twitter@bigorre_org