Accueil > Articles > Un Bourgeois Gentilhomme qui ouvre en grande pompe la saison du Parvis
English Espana Catalunya Euskadi portuguais Deutsch Italiano Vlaamse Réduire la taille du texte Aggrandir la taille du texte

Agenda Spectacles 580 News 502 Spectacles vus

Mardi 9 octobre 2012

Le bourgeois gentilhomme

Denis Podalydès / Molière

Le Parvis Scène Nationale Tarbes Pyrénées, Ibos

Un Bourgeois Gentilhomme qui ouvre en grande pompe la saison du Parvis

Le Bourgeois Gentilhomme de Molière mis en scène par Denis Podalydès au Parvis   , photo de Stéphane Boularand (c)Bigorre.org
Le Bourgeois Gentilhomme de Molière mis en scène par Denis Podalydès au Parvis , photo de Stéphane Boularand (c)Bigorre.org

Le Bourgeois Gentilhomme de Molière à tellement été étudié au collège et au lycée qu’on en a presque oublié le plaisir qu’il pouvait nous offrir. Alors quand Denis Podalydès s’empare de cette pièce écrite par un Molière au sommet de son art, c’est pour lui redonner sa forme originale de comédie ballet sur la musique de Jean-Baptiste Lully. Un retour aux sources donc, mais plus dans l’esprit d’une douce folie que dans la forme qui s’éloigne rapidement du classicisme. En témoignent les costumes de Christian Lacroix qui revisitent avec éclat le baroque de cette seconde moitié de 17eme siècle, ses collants en soie et ses grandes perruques poudrées. Des costumes extravagants, flamboyants ou décalés qui donnent le ton dès le début du spectacle. La suite est à l’avenant.
On retrouve bien ce pauvre Monsieur Jourdain, qui s’émerveille de pratiquer la prose sans le savoir et se laisse emporter par une crédulité qui le mènera à se prendre pour le Grand Mamamouchi dans un incroyable simulacre d’intronisation à la turque. Mais Pascal Rénéric va au-delà du comique de situation. Son interprétation fait plutôt penser à un Mister Bean en perruque, un mélange aigre doux de comique, de ridicule et au fond d’humanité. Alors même si l’ascenseur social du 17eme siècle est incontestablement en panne, que l’instruction en reste la clef réservée à une élite bien née, on rit franchement de cette comédie. Et on se laisse séduire par le mélange de théâtre, de danse qui reprend dans un style tout à fait contemporain les codes des menuets d’époque, de chant lyrique et de musique interprétée sur scène par les solistes de l’ensemble baroque de Limoges. Plus de vingt comédiens, danseurs, chanteurs et musiciens sur la scène du Parvis pour nous offrir un superbe divertissement populaire, dans le sens le plus noble du terme. Du grand spectacle qui ouvre en grande pompe de la nouvelle saison de Parvis !

Stéphane Boularand Bigorre.org sur Twitter@bigorre_org