A A
   

News Spectacles vus Interview Les plus consultés Vu un 24 juin

Ski

Saison tristement blanche pour les stations de ski

Les remontées des stations de ski resteront fermées pour tout le mois de février. Et probablement pour le reste d'une saison qui a été tuée par la COVID-19. Le Gouvernement annonce être aux cotés des acteurs du secteur de la montagne pour les aider à traverser cette saison qui n'aura pas existé.

Vue de la station de ski de Cauterets, crédit OT Cauterets

Vue de la station de ski de Cauterets, crédit OT Cauterets

La situation devenait intenable. Des remontées mécaniques qui espéraient leur réouvertures à quelques jours du début des vacances d'hiver. Le premier ministre a tranché lundi lors d'une rencontre avec les professionnels du secteur. L'évolution de la situation sanitaire ne nous permet pas à ce stade de rouvrir les remontées mécaniques. La fin d'un suspens qui n'en n'était plus un. Les stations de ski française ne vont donc pas pouvoir ouvrir leurs pistes pour les vacances de février. Une décision guidée par la gestion de la crise sanitaire au moment où une troisième vague de COVID-19 touche toute l'Europe et l'apparitions de variants du coronavirus fait craindre une nouvelle saturation du système hospitalier.

Le secteur du tourisme en montagne en péril

C'est une décision lourde de conséquences pour les stations de ski et derrière elles tous les acteurs du tourisme en montagne. Une situation que le gouvernement estime prise en charge. Depuis le début de la crise sanitaire, le Gouvernement est aux côtés des acteurs de la montagne qui sont affectés par la fermeture des remontées mécaniques et des équipements collectifs ainsi que par la nette baisse de fréquentation touristique qui en résulte expliquent les services du Premier Ministre. Ce sont déjà près de 4 milliards d’euros de soutien aux entreprises et aux salariés qui ont déjà été mobilisés : près 2,3 Md€ de prêts garantis par l’Etat, 600M€ de fonds de solidarité (hors mois de décembre pour les entreprises des listes S1/S1bis), 500M€ d’activité partielle, 300 M€ pour le dispositif ad hoc pour les remontées mécaniques, et 200 M€ d’exonérations de cotisations employeurs et d’aide au paiement des cotisations salariales. Les collectivités territoriales de montagne bénéficient pour leur part des mécanismes de garantie sur leurs recettes fiscales et domaniales, qui continueront de se déployer en 2021.

L'état annonce renforcer son soutien à la montagne

Des mesures économiques que le Gouvernement va renforcer. Des aides au titre du fonds de solidarité auxquelles auront accès les entreprises situées en amont de la chaîne de valeur des activités de montagne comme les bureaux d'ingénierie et les menuiseries ainsi que de l’ensemble des commerces de matériel de ski, qui seront intégrés aux secteurs faisant l’objet du Plan tourisme. A ce titre, ils pourront bénéficier d’une aide au titre du fonds de solidarité pouvant aller jusqu’à 10 000 euros par mois et jusqu’à 20 % de leur CA dans la limite de 200 000 euros par mois pour celles qui perdent plus de 70 % de leur chiffre d’affaires. Ils bénéficieront en outre d’un taux de prise en charge de l’activité partielle majoré, comme c’est déjà le cas pour les secteurs impactés par la crise des listes S1 et S1bis, dès lors qu’ils perdent 50 % de leur chiffre d’affaires.

Des aides qui concernent aussi les salariées et les saisonniers avec un dispositif spécifique d’indemnisation leur garantissant la capacité à faire face à leurs charges fixes professionnelles sur un modèle similaire à celui mis en place lors du premier confinement.

Le Premier Ministre a aussi annoncé le lancement au printemps d’un plan d’investissement pour le tourisme de montagne qui permettra de proposer dans les années à venir une offre plus verte, plus diversifiée et plus compétitive, en lien avec les collectivités territoriales, les entreprises et l’ensemble des acteurs de la montagne.

Une saison tuée par la COVID-19

La fermeture des remontées mécanique est annoncée jusqu'à fin février, mais c'est toute la saison qui est touchée. Le PDG du Club Med explique que autoriser les stations de sport d'hiver à n'accueillir des clients qu'au début du mois de mars aurait autant de sens que l'ouverture des plages en octobre, en ajoutant que le chiffre d'affaires enregistré entre mars et avril ne représente que 20 % du total de l'activité.

Probable cap de fin donc sur une saison 2020/21 qui n'aura pas existée. Un secteur en péril, comme ceux de la culture ou de la restauration, et des français qui ont besoin de prendre l'air de la montagne après un an d'alternance entre confinement et restrictions de déplacement. Mais alors que les remontées mécaniques sont fermées, la neige n'est pas interdite. Les commerces sont ouverts, de la restauration à la location de matériel et il a beaucoup de monde aux pieds des pistes. Résultat : les stations sont prises d'assaut, en particulier les plus proches des grandes villes, par tous ceux qui ont envie de profiter de l'abondance de la neige en faisant du ski nordique, des balades à raquette ou simplement de la luge avec les enfants. Un paradoxe qui rend la situation encore plus difficile à traverser.

Par / ©Bigorre.org / publié le

Sur le même sujet

Sunday 17th of January 2021

Va-t-on pouvoir skier pour les vacances d’hiver ?

News

Ski

Va-t-on pouvoir skier pour les vacances d’hiver ?

 ▷